In-conscience

Avis sur Monsieur Klein

Avatar Sorel
Critique publiée par le

Peu au fait de sa carrière, ma connaissance de celle-ci se limitant à La piscine et à Le Guépard, j'ai eu envie de voir Alain Delon dans un film réputé excellent mais moins connu que certains autres. En ce sens, Monsieur Klein semble avoir été un bon choix.
1942, Robert Klein fait des affaires là où il est profitable d'en faire. Un jour, alors qu'il vient, sans aucun scrupule, d'acquérir auprès d'un Juif dans le besoin un tableau de maître à très bon prix, il apprend qu'il est abonné à un journal d'informations juif. Inquiet, il tente de prouver aux autorités de Vichy qu'il n'est pas ce Monsieur Klein là mais au contraire un bon "catholique depuis Louis XIV". En se justifiant ainsi, il va surtout attirer l'attention sur lui alors qu'il cherche justement à l'éviter.
L'engrenage infernal se déclenche apparemment à cause d'une erreur administrative. Mais pendant le film, j'ai voulu y voir une vengeance (de la part du vendeur du tableau que l'on recroise à la toute fin ?) dans le contexte de l'antisémitisme de l'époque qu'illustre le réalisateur par quelques scènes qui font froid dans le dos, à commencer par celle qui ouvre le film. Il semblerait pourtant que Monsieur Klein soit surtout victime de son propre comportement, complètement obsédé qu'il est par l'autre Monsieur Klein, juif et résistant. Il est irrésistiblement mû par le besoin de savoir, comme aspiré vers sa propre perte. Il n'a pas pleinement conscience de ce qu'il advient aux Juifs de France. Sinon, comment expliquer cet épilogue saisissant ?
A 40 ans, Alain Delon, un peu entre deux âges, a toujours le physique et la classe. Il interprète très bien cet homme d'affaire à la fois égoïste et charmant, et apparemment sans cas de conscience. En quelque sorte le reflet d'une France qui s'en sort bien pendant l'occupation allemande sans être à proprement parler impliquée dans une active collaboration. A noter la présence, dans une scène bien trop courte, de Jeanne Moreau trimbalant son magnétisme dans les salles d'un château à l'atmosphère mystérieuse ...

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 93 fois
1 apprécie

Autres actions de Sorel Monsieur Klein