Symptomatique

Avis sur Mortal Engines

Avatar Quentin Van Wynsberghe
Critique publiée par le

Je suis allé voir ce film en attendant deux choses: de l'épique, et du visuellement beau.
En le regardant, je me suis rendu compte que j'avais déjà vu le film. Milles fois. J'ai vraiment absolument tout deviné à chaque début de scène. Pour moi, ce film est symptomatique de tous les blockbusters/films a gros budgets de ces dernières années.

Evidemment, il n'y a aucune prise de risque. Aucune recherche dans les plans, pas de créativité. Tout est lisse, le pire de tout étant les personnages. Je reviendrais la-dessus. Passons pour l'instant à l'univers du film. Tout comme Jupiter Ascending, Ghost in the Shell (le film de 2017), certains DC ou Marvel, le brainstorming du concept Art a du être monumental. On y voit une vraie recherche, un but de créer un univers harmonieux, d'exploiter des éléments du quotidien, des comics, du steam-punk, pour créer du merveilleux. Les costumes sont beaux, les bâtiments sont truffés de détails, même les paysages racontent quelque chose. L'intérieur des villes sont voulues vivantes, on y comprend qu'il y a une histoire, du vécu, des éléments du passé, de leur présent et des traces du temps ou d'interactions. Le bruitage n'est pas si mal, et se complait bien à crisser, grincer, assourdir. On peut entendre le métal rouillé, les chocs, le tintement typiques des pas sur des textures métallisées, de bois ou de terre.

Cependant, le film aurait franchement gagné à être un jeu vidéo. Parce que comme tous les films d'actions, le scénario et les dialogues tiennent sur des post-its. Pas une surprise, mais ça devient franchement lassant. Le héros, insupportable, maladroit, couard, tombe sur la belle demoiselle, quiproquo, trahison, ils unissent leurs forces, rencontrent une ribambelle de persos secondaires-tertiaires dont se fiche, ils meurent tous, le héros se découvre une force intérieure. Affrontement contre le méchant, victoire, on sauve des villes dont ne sait rien, fin romantique et générique chiant.

Aucun rebondissement, tout est téléphoné, prévisible, posté, faxé, c'est PLAT. Le rythme est effréné, inquiet que l'on s'ennuie, que l'on se pose à réfléchir, à se demander "Hey attends pourquoi il fait ça? Attends pourquoi il le laisse partir? Attends c'est pas logique ça comment il s'est soudainement retrouvé là? Attends comment pouvait-il être discret, c'est pas du métal qui frappe contre de la pierre? Attends...." et j'en passe. Vous vous en doutez, le film ne prend pas le temps de respirer ni de nous laisser apprécier son univers. Aucun instant contemplatif, le film se dépêche de remplir son cahier des charges.

Introduction du perso en CGI, check. Le héros se dévoile sur son passé évidemment tragique, elle le repousse "je ne te dirai jamais rien sur moi et je ne veux pas de toi". LITTERALEMENT la scène qui suit: "Oh je me suis blessée terriblement pour te sauver alors que je sais qu'une erreur peut être fatale, je n'avais aucune raison de le faire à part qu'il faut que je te sauve sinon on pourra pas tomber amoureux. Ah, je suis souffrante, alors il est temps que je te dévoile mon passé pour que ça serve plus tard dans le récit".

Bref, tout est forcé. Les personnages son bien sûr simplement des personnages fonctions. Le méchant est méchant. Sa fille innocente est ingénue et sert de plante verte. Le perso en CGi est badass et a l'air classe mais ne sert à rien. La chinoise fait des arts martiaux et se sacrifie. Ses amis multiculturel (diversité, check) on ne sait, on les connait pas, ils meurent, on s'en moque. Le peuple en arrière plan a une pensée unique de PNJs. L'héroïne, mystérieuse, forte, solitaire au début, devient une potiche blessée se reposant sur le héros avec de beaux discours et trahissant toutes ses valeurs du début pour lui. Et le héros masculin.... est un blanc bec insupportable. Il n'a aucune émotion, aucune mimique, aucune variation. Il passe de solennellement hautain et ignorant à orgueilleux et respecté parce que le scénario te le demande. Point qui m'insupporte, tout le monde le menace, l'insulte, lui reste impassible, ment à longueur de temps, NE SE TAIT JAMAIS et ne subit aucune conséquence. Tous le pardonnent, l'ignorent, l'évitent et aucun ne lui payer son insolence. Sur le coup, j'ai repensé au film l'Apprenti Sorcier où justement le jeune apprenti omnipotent dont tout le poids du monde repose sur ses épaules fait erreur sur erreur sur maladresse et bêtise, et bien sûr il s'excuse (pas) et maladroitement ou plutôt de façon insultante ou insolente, et bon ben c'est pas grave, il est jeune hein puis le scénario le rend invulnérable de toutes façons. Alors lui pareil, et ce n'est pas une bonne chose.

En somme, le film a un chouette concept art, on dénote un beau travail des équipes techniques et du CGI (en même temps on est en 2018 donc de mauvais effets spéciaux avec le budget alloué ce serait du f**** de gu****), les personnages remplissent (MAL) leurs fonctions, le scénario n'existe pas, on ne respire pas, on apprécie pas, on ne s’investit pas, on ressent aucun enjeu. Franchement, à télécharger et à regarder en arrière plan si vraiment vous le souhaitez. Des films comme ça il y en a plein, celui-là n'apporte rien.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 1559 fois
27 apprécient · 2 n'apprécient pas

Autres actions de Quentin Van Wynsberghe Mortal Engines