La Emma Bovary du pauvre en Camargue

Avis sur Mortel été

Avatar Chat-alors
Critique publiée par le

Dans un petit coin paumé de Camargue, Julie s'ennuie. Mariée à Simon, garagiste de son état, elle ronge son frein depuis des années, n'attendant qu'une chose: qu'il tienne la promesse qu'il lui avait fait de partir faire le tour du monde. Les ennuis commencent lorsque Louis, son amant, qui lui avait promis de l'emmener à Valparaiso ne se présente pas le jour du rendez-vous de départ.

Que dire, que dire, que dire? Que Aïssa Maïga (Julie) est très belle? Que Bruno Solo (Simon) est très amoureux et triste comme un chien battu? C'est un peu mince! Parce que ce qui tenait à peu près au début, une ambiance lourde, moite, pleine de sous entendus, de menaces (serait-ce Simon qui aurait buté Louis?) se transforme assez vite en un peu n'importe quoi. Julie allume tout le village du moment qu'on lui promette de la déposer à plus de 2 kilomètres du centre ville; son frère magouille comme pas possible, c'est louche, ça pue, mais tout va bien; elle est persuadée que Louis s'est tiré sans elle alors que bon, il trempe dans des trucs bizarres et qu'un autre de ses potes (ben un autre qu'elle avait allumé, tient) meurt dans un "accident"; que le type avec qui elle fricotte porte sur sa tronche le côté plus qu'infréquentable; qu'une fois qu'elle a enfin compris (malgré les avertissements de tout le monde) que, non, faut pas s'approcher, il est dangereux, elle y retourne quand même; qu'une fois assommé et alors qu'elle a faillit se faire tuer il y a 10 secondes, les protagonistes laisse le tueur libre de ses mouvements, pas attaché, rien (faut pas s'étonner s'il n'est pas content quand il revient, forcément)... Tout ça, ça fait BEAUCOUP! Non pas que ce téléfilm soit désagréable à regarder (principalement pour la première raison citée dans cette critique), mais on y croit pas une seconde, on a juste l'impression que le personnage de Julie est con comme un manche, et que Simon a tellement de cornes qu'il aurait du mal à passer les portes. Ah, pis y'a Lionel Astier... qui fait du Lionel Astier (le flic bourru mais gentil, mais bourru. Sans rire, donnez lui autre chose à jouer, quand même!).

Le pire, c'est que j'ai regardé jusqu'au bout (ben oui, après, y'avait un autre téléfilm policier, avec Lionel Astier, qui jouait un flic bourru, mais gentil, mais bourru, sauf que cette fois, c'était à la montagne et qu'il était pas au fauteuil roulant). Il doit donc y avoir quelque chose de pas si mal pour me pousser à aller jusqu'au bout. Aïssa Maïga dans une petite robe estivale? Je commence à le croire.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 304 fois
2 apprécient

Autres actions de Chat-alors Mortel été