Avis sur

Mourir d'aimer par denizor

Avatar denizor
Critique publiée par le

André Cayatte transpose l'affaire Gabrielle Russier au cinéma dans un film-enquête, forme très en vogue dans les années 70. Mourir d'aimer raconte l'histoire d'un couple illégitime (elle prof, lui mineur en âge mais pas en maturité ; c'est là tout le dilemme du film) qui se brise face à une machine judiciaire inhumaine. L'amour n'est ici pas plus fort que la loi. Dans toute son oeuvre, Cayatte, lui même ancien avocat, n'en finit de pointer du doigt les aberrations de la justice, ici plus spécifiquement, le traitement réservé aux mineurs, dont la parole et la notion de libre arbitre - pour ne pas dire de liberté - leur sont d'office confisqué, voire tout simplement nié. Au-delà de son aspect judiciaire et hautement sentimental (c'est avant tout une histoire d'amour qui nous est montrée), le réalisateur porte son film sur le terrain politique d'un après-68 où les autorités au sens large ont décidé de mater toutes les aspirations de la jeunesse militante ; une vraie revanche autoritariste sur les idéaux de 68. Le film bénéficie d'une composition magistrale d'Annie Girardot mais n'évite pas non plus la caricature.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 50 fois
2 apprécient

Autres actions de denizor Mourir d'aimer