Extrême pudeur.

Avis sur Mr. Holmes

Avatar Mr_Step
Critique publiée par le

Séance de rattrapage des sorties de 2016 (mais la distribution française de ce film a été assez désastreuse, me semble-t-il ?). Alors que "La Belle et la Bête" de Bill Condon est prévu pour bientôt, je viens de visionner son "Mr. Holmes" qui me faisait envie depuis un moment. Le concept d'un Sherlock vieux, usé, et mentalement déclinant me plaisait bien, et voir McKellen dans le rôle titre a transformé ma curiosité en certitude: je devais voir ce film.

Quel bilan alors ? Eh bien c'est en demi-teinte pour moi. Le film applique son postulat avec brio mais sans génie et McKellen est bluffant. Non, sérieusement, sa performance est dingue. La classe du personnage, sa profondeur, sa pudeur... toutes les cases sont cochées par ce grand monsieur. Mais cette pudeur, on la retrouve à la réalisation...trop.
C'est un peu comme si Bill Condon avait peur de mettre les mains dans le cambouis. Il filme des beaux paysages, des belles reconstitutions d'époque, un personnage débordant de charisme, et il ose pas aller au delà, faire en sorte que tout ce petit monde respire selon son inspiration. Les plans sont beaux, léchés, mais s'enchaînent avec peu de rythme ce qui a tendance à tirer le spectateur vers l'ennui. Et puis, si le petit garçon est plutôt sympathique (bien que son rôle soit parfois superficiel), il ne faut pas trop compter sur les personnages secondaires pour faire rebondir l'histoire. A ce titre, j'ai trouvé la performance de Laura Linney assez plate et sans intérêt (le vide de son personnage se reflète particulièrement dans ses interactions avec Holmes).
Heureusement que les flash-backs sont pas mal utilisés et nous gratifient de quelques très bonnes scènes, comme celle dans laquelle Sherlock déconstruit totalement le mythe de son personnage.
J'ai trouvé le traitement cette dualité entre fiction et réalité très fine. Jusqu'à quel point sommes nous prisonniers de l'image que les autres ont de nous ? Accepter la vieillesse est-ce aussi accepter de se libérer des apparences ? Si McKellen n'apporte jamais de réponse, la sobriété de son jeu permet de faire éclater les moindres soubresauts d'émotion de son personnage comme des feux d'artifice XXL qui illuminent le film (métaphore nulle du soir, bonsoir).

Esthétiquement beau, émouvant, souvent ennuyeux, "Mr Holmes" vaut plus pour son postulat et sa tête d'affiche que pour l'académisme de son réalisateur.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 451 fois
4 apprécient

Mr_Step a ajouté ce film à 2 listes Mr. Holmes

Autres actions de Mr_Step Mr. Holmes