Mr. Spliff

Avis sur Mr. Nice

Avatar Antoinescuras
Critique publiée par le

On voit ce qui a attiré Bernard Rose dans ce biopic d'un dealer gallois dandy. Une vie riche en rebondissements, l'ascension et la chute d'un étudiant surdoué découvrant le shit dans les années 60 pour ensuite le distribuer à grande échelle et détenir près de 20% du marché mondial. À l'issue d'un intense jeu du chat et de la souris avec les forces de l'ordre étendu sur des années, il finira par payer le prix fort et sera incarcéré aux Etats-Unis durant 7 ans, à la fin desquelles, jamais repenti, il incarnera le combat pour la dépénalisation des drogues douces au Royaume-Uni et ailleurs...
La chose s'étend, épouse son sujet, à tel point qu'on ne sait jamais très bien où le film tente de nous emmener, tant Rose hésite entre trip hallu et chronique documentée sur les réseaux de la drogue. Sur ce dernier point, le film fait le boulot, remontant la filière, du Pakistan et ses usines en plein air, jusqu'aux rencontres avec les barons locaux. Question trip, les choses se compliquent. Mr. Nice abuse beaucoup trop de ralentis et autres figures de styles boursoufflées, à l'image de ces surimpressions ratées censées incruster le personnage dans une Angleterre d'époque tout en instaurant un effet de distanciation. Rhys Ifans n'est point à blâmer, tant il affirme son statut d'icône Albionesque aussi rêche que sensuelle.
Là où le film aurait pu exister, c'est via le personnage de David Thewlis, militant de l'IRA, sauvage et obsédé. Une monstruosité insulaire qui est le seul grain de sable dans une machine mal foutue, coincée entre chronique criminelle scorsesienne et peinture galvaudée de l'Occident des 60's. Une preuve de plus, (le catastrophique London Boulevard en est une autre - on y reviendra plus tard), que le film de gangster anglais est rarement gage de réussite.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 226 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de Antoinescuras Mr. Nice