Chagrin d'amour

Avis sur Mulholland Drive

Avatar AfroA
Critique publiée par le

Dans la lignée du trouble et troublant Lost Higway, Mulholland Drive propose là encore une virée sur une route sinueuse. Cette fois, nous ne sommes plus sur une route perdue, bien au contraire; nous empruntons peut-être le plus connu des sentiers. Mulholland Drive, des mots qui résonnent comme un appel de la célébrité, celle que tellement de gens sont venus chercher. Et c'est notamment avec l'une de ces personnes en quête de renommée que l'on va faire le voyage.

Mulholland Drive sonne d'abord comme l'occasion pour un cinéaste singulier d'aborder à sa manière un monde qu'il semble avoir renié. Ce monde qu'il nous dépeint c'est celui d'un star-system ou les dés sont pipés, un monde rempli de faux-semblants qui semble destiner les personnages à perdre leurs illusions.
On le voit par exemple lors de l'audition de Betty; le vieil acteur au tempérament libidineux, la femme qui encense le producteur avant de le railler dans son dos.
On le voit surtout à travers le personnage d'Adam, jeune réalisateur témoin de ce monde ou les faux-semblants et la désillusion sont partout, jusque dans les maisons de ceux qu'il abrite (quand il se découvre cocu). On voit cet homme essayer de garder sa liberté face à des producteurs qui lui imposent sa tête d'affiche sans donner lui aucune justification, tout cela pour servir les intérêts de gens qu'il ne rencontrera jamais.

Mulholland Drive, c'est surtout l'histoire d'un amour.

C'est l'histoire d'un amour contrarié mêlé à de la jalousie. C'est l'histoire de Diane, une actrice de seconde zone et de son rapport conflictuel avec sa colocataire Camilla, grande actrice en devenir; car si on sent qu'elle aime, on peut aussi voir qu'elle l'envie. De cet amour non réciproque et de cette jalousie naîtra la frustration qui amènera des choses plus sombres encore. Diane va provoquer le décès de Camilla puis regretter amèrement son geste avant de mettre fin à ses jours.
Tout le reste est sans doute du domaine du rêve, ou d'un au-delà mystérieux.

L'intention de Lynch est sans doute là: nous parler de son rapport au monde de la célébrité, nous dire que l'on a tout à perdre en y entrant: ses illusions, son intégrité, son âme.
Malgré tout, des interrogations persistent et je suis loin d’être convaincu que j'aurai les mêmes idées au prochain visionnage de ce film.
En tout cas, je retrouve dans Mulholland Drive des qualités de Lost Highway mais s’arrêter sur ce point serait réducteur. Il y a, en effet, au-delà de ces vérités et de ces mystères quelque chose d'infiniment plus touchant.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 123 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de AfroA Mulholland Drive