La clé de compréhension est-elle bleue ?

Avis sur Mulholland Drive

Avatar Mattilly Baillieu
Critique publiée par le

Je me permets d'essayer d'apporter une clé à l'intrique de Mulholland Drive. Tous les arguments ne seront pas cités mais en faire la liste serait assez long et je risquerai de vous (me) perdre assez rapidement.

Spoilers à suivre.

Déroulement des faits dans l’ordre chronologique :

1) La réalité

  • Diane habite au 17. C’est une canadienne cherchant à devenir actrice.
  • Camilla Rhodes est une actrice de renom. Ella toujours les meilleurs rôles.
  • Diane est lesbienne, elle semble avoir habité avec une autre femme dont elle est séparée depuis 3 semaines.
  • Diane et Camilla sont amantes (Diane et Camilla sont réelles : Coco, la mère du réalisateur Adam Kesher demande à Diane comment elle a rencontré Camilla ; Adam Kesher cite Diane lorsqu'il embrasse Camilla dans la voiture - flashback).
  • Camilla veut arrêter sa relation avec Diane, Diane pense que c’est à cause du réalisateur (Flashbackl où le réalisateur et Camilla s’embrassent).
  • Camilla Rhodes sort avec le réalisateur et embrasse une autre femme (une blonde).
  • Diane demande à un tueur à gages de tuer Camilla Rhodes.

Diane/Camilla sont deux êtres aux buts et ambitions différentes, Diane s'accrochant, jalousant tandis que Camilla s'efface, se laisse détester, fantasmer. Diane nous montre une Camilla qui trahit, qui s'enferme dans le piège d'Hollywood.(citation de XXX)

2) Le rêve

Le premier plan du film représente une danse de salon endiablée, tout part à vau-l'eau, ce n'est certainement pas la réalité que nous voyons. Le plan suivant est à la première personne. Un oreiller s'écarte de nous, nous y replongeons. Nous étions dans un rêve et nous y retournons. Partant de ce constat, Mulholland Drive devient d'une pertinence tout à fait évidente. Toute la première partie de l’œuvre représente le rêve, bien que cette partie dure 1h58 (citation de XXX)

  • Diane, rêve, tandis qu'un profond chagrin la secoue (cf. mort de Camilla).
  • Son rêve reprend les protagonistes rencontrés dans la vraie vie (2e partie du film). Ils ont tous un lien évident entre le rêve et la réalité : soit le nom, soit le visage, soit le statut, soit l'habit, soit le lieu de résidence…Elle fait même revivre sa tante, morte dans la réalité.
  • Diane/Betty explique la réussite de Camilla dans le cinéma par une relation avec la Mafia ; la blonde vue dans le restaurant a le nom de Camilla Rhodes ; le réalisateur est prétentieux et il ne lui arrive que des problèmes (vengeance du subconscient de Diane), jusqu'à croiser ce cowboy, cette incarnation de la Mort qu'on ne peut apercevoir deux fois sans en payer un funeste destin.
  • L’accident de Rita (aussi liée à la mafia, lien de rapprochement avec le personnage de Camilla Rhodes dans le rêve) permet à Diane/Betty de se réapproprié une nouvelle Camilla (Rita) dont elle peut retomber amoureuse en partageant une aventure intense.
  • Le texte cité pendant l'audition se rapporte directement à la relation interdite de Diane et Camilla dans la réalité et reflète l'état d'esprit de Diane.
  • La betise présumée du tueur à gage représente surement l'espoir de Diane qu'il ne réussisse pas mener à bien sa mission de tuer Camilla (dans la réalité).
  • La scène du bar en début de film est là pour nous donner des indices sur le fait que cette partie se déroule pendant un rêve.
  • Rita cite Diane Selwyn, montrant qu'elle y attache encore de l'importance malgré une perte de mémoire...ce que souhaiterai bien Diane dans la réalité.

Nous assistons à une rencontre fantasmée entre Diane/Betty et Rita (Camilla), d'un fantasme charnel, sensuel, dans lequel un but commun les rassemblent comme naissance du couple jusqu'à les mener dans ce théâtre où tout est enregistré, ou rien n'est pour de vrai. Si la métaphore du cinéma (qui n'est d'ailleurs pas la seule) est présente, il s'agit aussi d'y voir un couple fusionnel (fusion que représente les cheveux blonds) qu'une émotion commune nous apparaît. Elles pleurent devant l'illusion d'une vie rêvée, devant une chanson qu'on ne verra jamais plus chantée. Ce n'est que par cette crainte de voir l'illusion s'effondrer et, immuablement, trépasser que le cube bleu se révèle (le bleu électrique évoquant le mystère chez Lynch tandis que le rouge assassin serait le côté pulsionnel des choses). Et par là, le rêve meure.

NB : La tante vient clôturer ce rêve. Comme pour dire au-revoir à Diane.

3) Retour à la réalité

Diane se réveille (1h58 de film) de son rêve, sur le même oreiller et couverture que dans la scène d’introduction.
Le passage de son ex-copine (N°12) va lui rappeler ses autres souvenirs avec Camilla (rupture, malheurs,...tout ce qui l'a poussée à commanditer le meurtre).

La clé bleue est présente sur la table, cela signifie que Camilla doit être morte.

C'est bien la Mort qui orchestre tout ce petit jeu et qui va finir par faire sombrer Diane dans une folie chagrine, dans la folie d'une vieillesse (le couple âgé ici) qu'elle ne connaîtra jamais en compagnie de Camilla. Diane sait qu'elle ne survivra pas à cet amour déchu, s'étant vu morte et abandonnée en rêve.

La réalité s'entremêlera ensuite avec certaines visions de son rêve (la personne SDF, le cube, les personnes âgées). Ceci poussera Diane à effectuer de son propre chef le destin qu'elle s'était elle-même attribué en rêve...la mort.
Est-ce pour retrouver Camilla ? pour stopper ses souffrance ? ou encore autre chose ?

L'ultime fourberie de Lynch est de nous installer comme un simple détail une clef bleue, différente de celle ouvrant la boîte qui avait mis fin au rêve mais qui, elle, fait mourir le film, emportant avec lui une large part de son mystère.

FIN.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 592 fois
4 apprécient

Mattilly Baillieu a ajouté ce film à 1 liste Mulholland Drive

Autres actions de Mattilly Baillieu Mulholland Drive