Turkish Suicides

Avis sur Mustang

Avatar adamkesher01
Critique publiée par le

Oh combien ce premier film de Deniz Gamze Ergüven a été comparé à celui de Sofia Coppola, le rapprochement est inévitable. Il s'agit presque d'une transposition tant on retrouve des éléments précis de "Virgin Suicides". Cette adaptation turque prend tout son sens, surtout dans l'environnement où elle s'installe. La même histoire prend une toute autre dimension une fois implantée dans un contexte géo-politique particuliers.
Le film est un portrait de famille qui illustre un pays follement austère. Ce foyer est représentatif d'un état d'esprit ultra conservateur. Même s'il rôde, le progrès est loin, à mille kilomètres, à Istanbul. La maisonnée se barricade progressivement, comme menacée par le progrès, mais celui-ci vient de l'intérieur. Ce sont ces cinq sœurs débordantes de vie qui incarnent le progrès. L'enfermement et la soumission qu'elles subissent ouvrent des sujets graves; le mariage forcé, les droits de la femme, l'éducation... Pour autant, ça ne tombe jamais dans le désespoir ou la lourdeur, au contraire.
"Mustang" est un film plein de fougue et de fraicheur. Toute cette vivacité émane des cinq petites bombes lumineuses : Lale, Nur, Selma, Ece et Sonay. Elles sont magnifiques de combativité, ces jeunes filles sont solaires. A l'instar des Lisbon de "Virgin Suicides", elles se délassent avec une certaine sensualité. La mise en scène est toute aussi vigoureuse. La scène du stade est à la fois très cocasse et fabuleuse.
L'alliance entre ralentis et musique, conjugué par la jouvence du casting, fait des merveilles. Des temps suspendus parfaitement contemplatifs. C'est la cadette Lale qui transporte le plus ces envolées, comme quand elle parcours les barricades de sa maison, à la recherche d'un point de fuite. Il y a du lyrisme dans ce film, proche du conte.
Le scénario ne fait pas toujours dans le réalisme. Les échappées, comme celle du match réservé aux supportrices, extirpent le meilleur d'une situation réelle pour en faire ressortir son côté burlesque (suite aux débordement d'hooligans, l'entrée à un match a vraiment été interdite aux hommes). C'est dans cette scène démente (et seulement dans celle-ci) qu'on voit les "grands-mères" avoir un peu de bon sens et protéger les fugueuses de leur oncle excessivement violent. C'est un respiration très cocasse que ce sabotage électrique.
Dans les veines de "Virgin Suicides", à la limite du "Hors-jeu" de Panahi et avec de l'insolence de "Wadjda"; "Mustang" est le portrait de cinq jeunes filles débordantes de vie, enfermées dans une foyer significatif d'une société patriarcale dangereusement conservatrice.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 471 fois
3 apprécient

adamkesher01 a ajouté ce film à 1 liste Mustang

Autres actions de adamkesher01 Mustang