👉 On vous partage notre 1er bilan de la nouvelle version de SensCritique.
Continuez à suivre l'avancée du site sur journal de bord.

Film mineur dans la filmographie de l'excellent Wong Kar Wai, ce film mérite quand même d'être regardé.
Pour son premier film aux États-Unis, le casting est irréprochable, sublimé par une photographie tout en couleur de la nuit. Quand on connait un peu le cinéaste, on n'est guère surpris par ces qualités là. Ici, les images kaléidoscopiques et les flashes se succèdent notamment au début. Cela peut sembler peut-être un peu trop boursouflé par moments mais qu'importe, quelle beauté.
Le film est divisé en plusieurs segments, selon où se trouve Elizabeth. Et chaque segment apporte ses personnages et leurs histoires contrariées qui se résolvent sous les yeux de la protagoniste, le temps qu'elle sache ce qu'elle veut. On peut regretter la passivité de cette dernière par moment, mais ce n'est pas ça qui intéresse Wong Kar Wai : c'est le cheminement intérieur, qui se manifeste par les lettres qu'Elizabeth écrit à Jérémy (Jude Law). Elle préfère lui écrire au lieu de l'appeler, pour pouvoir mieux lui dire ce qu'elle ressent, lui expliquer ses observations.
C'est un film d'ambiance en quelque sorte, et une histoire d'amour à distance.

Jude Law, personnage secondaire mais dont l'ombre demeure, est d'un magnétisme assez incroyable et n'est finalement que peu filmé frontalement. On appréciera particulièrement le premier segment où lui et Norah Jones sont filmés en champ contre champ à travers les vitres du café, pour le spectateur, comme si tout à tour ils restaient encore distants l'un envers l'autre, quelque chose empêche les personnages de se rapprocher.

Si vous n'êtes pas amateur du cinéma de Wong Kar Wai, passez votre chemin. Cependant si vous appréciez ce cinéaste, je pense que ce film vous plaira malgré ses défauts notamment une fin un peu convenue et attendue même si elle est logique ; et des manières de filmer parfois trop stylisées.
Enfin, si vous ne connaissez pas ce cinéaste, My Blueberry nights peut faire office de porte d'entrée dans sa filmographie car on y trouve vraiment toutes ses marottes, mais allez plutôt voir Chungking express ou In the mood for love pour débuter.

ArthurGaudy
7
Écrit par

il y a plus d’un an

1 j'aime

2 commentaires

My Blueberry Nights
Hunky-Dory
5

Une endive au milieu des pâtisseries (mission maframboise n°3)

Ma première fois avec Kar-wai s'était mal passée. A force de me draguer avec insistance paré de toutes ses récompenses, il avait fini par m'attirer. On s'est retrouvé un soir chez moi, je me suis...

Lire la critique

il y a 11 ans

25 j'aime

11

My Blueberry Nights
Kiwi-
5

Cherry express.

Il est assez intéressant de voir la rapidité avec laquelle la carrière de Wong Kar-Wai a pris une envergure internationale. De festivals en festivals, le style du réalisateur a rapidement su...

Lire la critique

il y a 5 ans

18 j'aime

2

My Blueberry Nights
AlexLoos
8

Critique de My Blueberry Nights par AlexLoos

Wong Kar-Wai, de part sa réalisation excellente et très intime nous plonge dès la première minute dans l'intimité des personnages, dont finalement on ne connaît que très peu l'histoire. Cependant, au...

Lire la critique

il y a 12 ans

17 j'aime

Accords & Désaccords
ArthurGaudy
7

Une belle leçon de vie

Accords et désaccords nous raconte la vie du génial Emmet Ray, guitariste de jazz manouche dans les années trente. À part jouer de la guitare, Emmet a 2 passes temps, tirer sur des rats dans une...

Lire la critique

il y a 6 ans

3 j'aime

Is This It
ArthurGaudy
10
Is This It

Intemporel

Qu'ils sont rares ces albums qu'on écoute de la première à la dernière chanson sans en sauter une ! Is this it ? est de cette trempe là. C'est le genre d'album où à chaque morceau on dit "ah celui-là...

Lire la critique

il y a 5 ans

2 j'aime

My Blueberry Nights
ArthurGaudy
7

On en reprendrait bien une part

Film mineur dans la filmographie de l'excellent Wong Kar Wai, ce film mérite quand même d'être regardé. Pour son premier film aux États-Unis, le casting est irréprochable, sublimé par une...

Lire la critique

il y a plus d’un an

1 j'aime

2