NWA a sauvé la musique, ce film ne sauvera pas le cinéma .

Avis sur N.W.A - Straight Outta Compton

Avatar Easty
Critique publiée par le

Attention critique qui peut choquer ceux qui connaissent peu ce groupe ..
C'est un biopic tout lisse, avec des gros oublis mais pas désagréable à regarder pour les vieux fans de ce groupe de géant du Rap et de la musique tout court ! Déjà, faut dire que le film a été produit pour donner une image policée et donc fausse du groupe. Hollywood qui fait un film sur NWA, c'est comme une grand-mère de la campagne qui joue le rôle de Sid Vicious.. Ce qui montre la capacité exceptionnelle de la machine hollywoodienne et de l'occident en général à récupérer toute force marginale et négative. Les acteurs sont bons, la brutalité policière bien illustrée, la soif de réussite et d'argent totalement juste. A part ça, ce film est un conte de fées. Pour ceux qui sont trop jeunes pour se souvenir des années 80, l'ambiance était complètement différente d'aujourd'hui. Et surtout musicalement. Le Rock FM et bon enfant (simple minds, dire straits, etc...) régnait en maître partout, on était à l'apogée de l'humanitaire naïf du 'we are the world'. En Angleterre, la pop sucrée et commerciale des Oasis, Blur, Pulp ....supplantaient les tristes garçons de la New Wave des cités ouvrières. Et que voit-on arriver par miracle à cette époque de guimauve et d'hypocrisie généralisée ? De la musique rap très urbaine, minimale, répétitive et hyper violente comme les géniaux de Public Enemy, Run DMC ou sur la côte West les N.W.A .... Des groupes souvent impossibles à passer dans une radio et souvent interdits. Impossible de passer NWA après Tears for Fears ou Madonna . Tout le succès des NWA et de Public Enemy s'est fait sans aucune publicité et seulement par le bouche à oreille.
Rien de tout ça n'est montré dans le film. Dès le deuxième concert et à Detroit, on voit un énorme public souvent mélangé, alors que les fans de NWA étaient au départ en grande majorité des blacks des quartiers très pauvres. La reconnaissance d'un public plus large est venue bien plus tard et surtout en 2000 lorsque Dre a produit Eminem. Le rap était souvent très mal perçu dans les années 80, début 90 ...
Autre énorme faute et celle là est franchement inexcusable, c'est d'avoir travesti les dialogues. Sans vouloir accuser les membres de NWA de misogynes, ils parlaient sans cesse que ce soit dans les disques ou dans la réalité de ' putes, de salopes, de chattes qui puent' . Désolé d'être vulgaire, mais c'est la réalité, c'était constant chez eux et contrairement à ce qu'on croit ce n'est pas nécessairement de la misogynie mais j'en parlerai pas plus. Leur chanson parle constamment de frapper certaines femmes, parfois d'en tuer . Mc Ren étrangement oublié dans le film rappait sur le fait de s'être fait sucer par une mineure de moins de 15 ans sur le dernier album. J'ai du entendre seulement 2 ou 3 fois le mot bitch dans ce film qui ressemble plus à un téléfilm pour faire connaissance du groupe.
Donc imaginez ce genre de musique dans les années 80. Et ce qui faisait aussi le génie du groupe et certainement son originalité, c'est que cette provocation, cette description de la réalité était accompagnée d'une musique Funky, dansante, joyeuse. Il y énormément de lien entre NWA et les premiers films de Tarantino comme reservoir dogs et Pulp Fiction. Je suis presque sûr que Tarantino qui a toujours été fan de rap et de musique Black, s'en est inspiré. Tous les 2 partagent le même goût pour l'Hyperréalisme, la violence désensibilisée , l'obscénité joyeuse, la culture populaire décomplexée...
Il y a des descriptions justes, celle avec Suge Knight ou Jerry Heller, sachant que les 2 ont démenti certains faits du film. The D.O.C et MC Ren sont oubliés alors qu'ils sont le noyau du groupe.
C'est évidemment un film à la gloire de Ice Cube et Dr Dre qui ont co produit le film . Le vrai Dr Dre a frappé des femmes, Ice Cube a tenu plusieurs fois dans ses disques des propos limites racistes et antisémites envers Jerry Heller, le producteur de NWA. Le film l'évoque rapidement mais le noie sous une image de carte postale, de rire qui dédramatise. En effet, NWA n'avait pas la prétention politique de Public Enemy, Eazy E et ses membres pensaient qu'à baiser et à bien vivre. Mais le film filtre beaucoup trop les faits, n'accentue que ce qu'il l'arrange et oublie les 3 quarts de la réalité parce que comme disait MC Ren, ' Eazy E parlait constamment de ces putes qui puent ' ...

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 1419 fois
30 apprécient · 2 n'apprécient pas

Autres actions de Easty N.W.A - Straight Outta Compton