Sex, Drugs & Fuck Da Police

Avis sur N.W.A - Straight Outta Compton

Avatar Pierre Champleboux
Critique publiée par le

Straight Outta Compton de N.W.A. c'est avant tout l'album de rap de référence, la bible, LE skeud que l'on ferait écouter à tout extraterrestre fraîchement débarqué sur Terre qui demanderait "c'est quoi le hip hop ? Dessine moi un hip hop !". Le film du même titre est-il à la hauteur du culte entourant le groupe et son premier disque ?

Démarrant avec brutalité sur une fracassante descente de flics dans un squatt, le film sur l'ascension de Dr. Dre, Ice Cube, Eazy-E, MC Ren et Dj Yella commence fort, et parviendra (presque) à distiller une énergie similaire à celle dégagée par les sons du N.W.A. tout au long de ses 2h30.
Cette underdog story collective contient un paquet de scènes cultes et kiffantes, envoyant direct au tapis 8-Mile, le champion jusque là invaincu dans la catégorie "biopic Hip-Hop".

Le casting est parfait (jusque dans les guests, on y croise notamment un étonnant sosie de Tupac), la reconstitution crédible, la réalisation aux petits ognons, la B.O. forcément dingue (Avec quelques ajouts issus du récent Compton de Dre) et si le scénario esquive quelques pistes, s'égare un peu lorsque le groupe se sépare et grossit parfois exagérément le trait (la séquence justifiant l'écriture du titre Fuck Da Police semble trop belle pour être vraie et enfonce une porte ouverte, les bavures et le racisme des flics étant déjà largement soulignés tout au long du film ) il demeure finalement très juste, particulièrement dans la caractérisation des personnages.
Les N.W.A. paraissent être une bande d'artistes passionnés - limite intellos - contrastant ainsi avec l'image du gang de thugs qu'ils clament être dans leurs textes, et leur manager, campé par l'impeccable Paul Giamatti, est dépeint comme un être aussi véreux qu'attachant, assurant souvent avec sincérité le rôle rassurant de figure paternelle du groupe tout en la leur faisant à l'envers presque malgré lui.

Le film fait mouche, jonglant habilement entre les différentes palettes d'émotions, parvenant à nous faire marrer (la séquence de la découverte de l'album solo d'Ice Cube par les N.W.A. vaut son pesant de cacahuètes), verser une larme ou vibrer avec le groupe, tout particulièrement lors du concert de Detroit interrompu par les forces de l'ordre en pleine interprétation épique et tonitruante du titre "Fuck Da Police".

En définitive, Straight Outta Compton surpasse son statut de film biographique pour devenir le témoin d'une époque dont les stigmates raisonnent encore dans l'actualité, (l'affaire Rodney King et les émeutes qui en découlèrent ponctuent les épisodes de la vie du groupe et rappellent tristement l'épisode récent de Ferguson) une fresque captivante sur la success story d'une bande de boyz du Hood devenus rockstars, un film passionnant qui marque autant l'esprit qu'il flatte l'oreille et fait bouger les têtes en rythme.

Bye, Felicia !

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 3034 fois
23 apprécient · 4 n'apprécient pas

Autres actions de Pierre Champleboux N.W.A - Straight Outta Compton