L’aventure à la Disney des eighties

Avis sur Natty Gann

Avatar Jay77
Critique publiée par le

Aventures et mésaventures

C'est en surmontant seul de nombreuses épreuves qu'on apprend les valeurs de la vie. J'ai connu Natty Gann à 4/5 ans. Contrairement à Croc Blanc, je n'ai que des bribes de ce film. Je me souviens de certaines images dures, et d'images plus aventurières, je me souviens également du courage et de la leçon apprise au visionnage. Affronter tellement de choses à un si jeune âge, j’éprouvais un profond respect pour le personnage de Natty. 31 années plus tard, je redécouvre ce film et je reconnais certaines têtes connues : John Cusack tout jeunot, Ray Wise (le bras-droit de Clarence Boddicker dans Robocop), et Scatman Crothers (Dick de Shining) copinant encore avec un gosse (qui n’a pas le shining) pour notre plus grand plaisir.

Nous sommes en 1935 à Chicago, en pleine dépression. Natty et son père vivent dans une chambre d'hôtel. Parce que la solitude la pèse et qu'elle n'a plus de mère pour la guider, Natty, 12 ans, fillette aux allures de garçon manqué ne tient pas sa langue dans sa poche, joue les rebelles. De son coté, son père lutte pour trouver du travail en pleine époque de misères. A contrecœur, il accepte celui de bucheron dans l'Etat de Washington, soit à plus de 3000km de chez lui. Il n'a pas le temps d'avertir sa fille, il part, lui laissant une lettre expliquant la raison de son départ soudain.

Pas de chance pour Natty confiée à la gérante de l'hôtel dans laquelle Natty vivait avec son père, elle est tombée sur une femme de la pire espèce. Parce qu'elle ne supporte pas ses excès de colère, Natty parvient à échapper à la surveillance de la jeune femme allant jusqu’à contacter les autorités et l'envoyer en orphelinat pour se débarrasser de ce poids. On vit vraiment dans une saleté d’époque ! En qui peut-on faire confiance ?

C'est décidé, Natty part pour Washington. Sur son chemin, nous emprunterons à ses cotés des trains de marchandises, rencontrerons de bonnes et de mauvaises personnes et surtout, feront la connaissance d'un chien loup. Disney nous proposait à l'époque de la vraie aventure. Une où l'on est en danger physique et moral, où l'on finit par ne plus savoir à qui se fier, apprécier ses moments de liberté avant peut-être d’affronter un nouveau défi. Ce film se voulant être réaliste, vous vous doutez bien qu’à une époque où les rues sont bondées d’orphelins, les autorités ne laisseront pas impunément une jeune fille de 12 ans errant dans les rues seule. Une menace supplémentaire.

-C’est ton copain celui là ?
-On voyage ensemble.
-Quelle idée de s’encombrer d’un chien.
-C’est un loup figures-toi.
-Ba raison de plus.

Entraide entre loup et homme

Dans un monde où chacun lutte pour survivre, Natty va apprendre à en faire de même. Elle va en baver, nous allons en baver. Amoureux des films de chiens, au départ, je n’ai voulu revoir ce film que pour cette raison. Les décors et les costumes semblent peut-être familiers, ce n’est pas du Croc Blanc de Randal Kleiser, ça y ressemble, mais ça n’en ai pas. Ici, le chien loup, qui ne possède pas de nom, tient une place de compagnon de voyage ou à la rigueur, toutou intérimaire, parfois présent, parfois absent.

Vous comprendrez que le loup et Natty s’aident mutuellement et se « renvoient la balle ». Elle l’a sauvé d’une mort certaine, il lui est redevable et ce, malgré une certaine méfiance au début. Normal quand vous associer cruauté à humanité. L’amitié entre le loup et la jeune fille mettra du temps à se développer. A la différence entre les humains, le cœur d’un chien se gagne plus rapidement. A condition d’être une bonne personne. Parmi la ribambelle de dons, le chien possède celui de sonder les cœurs. Dès lors, votre bonheur est sa priorité. Préparez-vous à beaucoup de tendresse.

Pendant ce temps, papa Gann travaille dur tout en attendant que sa fille le rejoigne. Oui, il lui a envoyé une lettre avec un billet de train mais va très vite être dans tous ses états en apprenant que la jeune fille c'est enfuie avant de recevoir la lettre. Quoiqu'il en soit, enfant, ado, adulte, voir ce que c'est que le métier de bucheron impressionne. Ces arbres immenses coupés, ses hommes courageux les escaladant à la corde et avec un petit harnais en guise de sécurité, à part ces moments contemplatifs, ce n'est pas du métier sûr.

La noirceur de la nature humaine en période de crise a été parfaitement illustrée, si intelligente dans ses propos. Vous voyez le décalage avec les autres œuvres du label Disney ? Ce film est important, ne serait-ce que pour montrer aux enfants de nos jours habitués à une vie sécurisée, sans les choquer, à découvrir une époque où la vie était difficile, et donc leur inculquer des valeurs importantes. Comme je le dis, tout n’est pas que dureté, il y a de l’optimisme, des moments de joies, de rire, d’amitié, de liberté. En sommes, tout ce qui fait de Disney, Disney.

Au final, Natty Gann reste l’une des plus belles œuvres de chez le Disney des années 80. On en fait plus des comme celles-ci. Sensible, intelligent, prenant, émouvant, si vous raffolez des voyages initiatiques, des fillettes aventurières et des animaux, si vous êtes fan du compositeur James Horner et curieux de voir comment ce passait la vie américaine dans les années 30 alors ne cherchez pas, regardez Natty Gann.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 142 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de Jay77 Natty Gann