Ne coupez pas ! - Original et pertinent.

Avis sur Ne coupez pas !

Avatar Teslax
Critique publiée par le

Il est aujourd'hui rare de voir apparaître à l'écran des films qui paraissent amateur dans le visuel notamment. Nous avions durant une période des films d'horreurs en ''found footage'' étaient assez à la mode dans le genre à l'image de «Le Projet Blair Witch» ou encore de «[REC]». Cette fois-ci, c'est le Japon qui nous revient avec un film de ce style avec «Ne Coupez Pas!» avec à la réalisation la grande première de S. Ueda. L'histoire est assez particulière puisqu'elle se déroule sur le lieu d'un tournage d'un film de zombie, mais alors que tout se passe mal, une invasion de zombie va surenchérir le malheur de nos héros... Enfin à quelques exceptions près. Alors qu'est-ce que ce film a de si spécial ? Mais surtout pourquoi fait-il autant bruit aujourd'hui ?

Si vous aviez vu une bande annonce de «Ne Coupez Pas!» auparavant, ne rester donc pas sur cette a priori car en effet cette bande annonce ne montre rien de tout ce que le film a à nous offrir. Ce film est incroyablement bien mis en scène malgré le côté très amateur de la chose. La grande force de ce film, c'est que nous avons une histoire qui se découpe en deux phases. Nous avons d'une part la première scène qui se déroule avec l'invasion de zombie qui est englobé de choses étranges aux premiers abords, on ne comprend effectivement pas comment tout cela se met en œuvre ( par exemple la scène de fin où l’héroïne crient pendant 4 longues minutes). Puis le film se coupe au bout de 30 minutes pour nous montrer alors tout l'envers du décor, nous avons ainsi un ensemble de scène qui vont conduire à ce que l'on a vu dans les premières minutes du film. Tout cela rend le film très drôle et parfois très touchant tant on peut voir que certaines scènes sont faites dans une situation burlesque. Mais nous pouvons également voir à quel point la réalisation est quelque chose de difficile à cause de chaque petite chose qui peuvent rendre les tournages plus complexes qu'ils n'en ont l'air (la productrice est d'ailleurs à l'image de ce que le spectateur est quand on regarde un film, on ne se soucie évidemment pas de comment on fait un film). Ainsi le film reforme le projet initial en nous montrant tout ce que l'on a vu précédemment dans un rythme différent. Cela aurait pu être répétitif mais au final ça ne l'est pas du tout car nous avons une réelle construction des problématiques des personnages, qu'elles soient importantes ou non ( on sait pertinemment quand on voit l'acteur complètement soul que l'on aura une scène par rapport à cela qui va apporter des complications). Tout cela rend le film très singulier est nous offre une vision que l’on n’aurait jamais pensé possible à l'heure du numérique est de l'overdose d'effets spéciaux.

Malheureusement, le film reste un film amateur, il y a donc certains reprochent à faire par rapport à cela. Nous avons d'une part un souci au niveau du rythme après la première demi-heure. En effet, le film nous offre un rythme effréné durant tout le début du film pour finir par de long plan qui rende le film très lent par moment. Nous avons également quelques problèmes au niveau du casting, certains acteurs sont ainsi très bancals du fait que ça soit leurs premiers films à l'image de H. Ichihara ou encore Y. Akiyama.

Malgré tout, «Ne Coupez Pas!» est une petite perle que l'on voit rarement aujourd'hui, c'est une œuvre qui fait du bien car elle nous prouve qu'il n'y a pas besoin de grosse production, de grandes équipes pour faire un très bon film. Il suffit tout simplement d'une idée originale et d'une caméra. Ce film est une petite leçon dans un monde cinématographique lissé au possible. On espère ainsi revoir des œuvres comme celle-ci à l'avenir.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 209 fois
2 apprécient

Autres actions de Teslax Ne coupez pas !