Toutes ces conneries télévisées

Avis sur Network - Main basse sur la TV

Avatar MisterLynch
Critique publiée par le

Network fait partie de cette race de films qui sont intemporels, peuvent traverser les époques car universels. Plus que jamais en 2021, une fracture nette et distincte s'est creusée et se creuse toujours plus entre le peuple et le monde du journalisme télévisé. Ces canaux d'information commencent à inquiéter les gens qui n'osent plus s'y fier. A tort ou à raison ? Là n'est pas le débat car il y a suffisamment à dire de ce cru aussi cinglant que puissant qu'est Network. Une oeuvre sans concession qui met le doigt dans la merde et le remue jusqu'à en faire une masse informe. En nous résonne le slogan digne de celui de The Blood Of Many Filmmakers de Istvan Kantor, détourné en l'occurrence qui est "Le journalisme est mort !".

Ici-bas, le monde a changé et l'information telle que nous nous la représentons et qui est censée être impartiale, véridique et sérieuse n'est plus. Dans le contexte du choc pétrolier et des pétrodollars, les USA sont en panique et s'accrochent jusqu'au bout de la chaîne rouillée du capitalisme. Il faut faire de l'argent à tout prix, rentabiliser ses investissements quoi qu'il en coûte, quitte à sombrer dans le ridicule pour peu que la loi du prime-time donne raison à qui aura su s'enorgueillir du programme le plus sensationnaliste. L'entreprise UBS n'échappe pas à cela et développe son programme de la pire des manières, en s'inspirant de la retranscription télévisée de leur présentateur annonçant qu'il allait se suicider la semaine prochaine en direct. De cet incident de grande envergure va naître les germes d'un nouvel outil informationnel : un espèce de grand show dont le seul but est de flatter les émotions populaires afin que l'audience permette de s'enrichir. On se sert de la vox populi à des fins mercantilistes. Ce n'est pas un phénomène nouveau mais ça l'est dans le paysage audiovisuel. Les faits sont tronqués, vulgarisés, mis en scène de manière grandiloquente. Le monde journalistique s'est mué en un grand cirque extravagant peuplé de saltimbanques et de clowns en costard-cravate.

Lumet ratisse large et bien entre guerre des tranchées avec en toile de fond ambitions personnelles et carriérisme malsain, histoire d'amour teintée de manipulation, personnes déchues et j'en passe et des meilleures. La virulence est présente, puissante et ne sombre jamais dans la caricature ou la leçon de morale à deux balles. Pire encore, le journalisme devenu l'idiot utile du capitalisme est entré en contact avec les réseaux parallèles communistes afin de se servir d'eux toujours pour gonfler leur audience. Le capitalisme se sert d'une tierce idéologie pour asseoir sa soif de pouvoir. !!! ATTENTION SPOILER !!! Et alors que le show télévisé a sauvé Howard Bill d'une mort programmée, les conséquences dramatiques d'abus de pouvoir en tout genre amèneront ce même homme extirpé de sa crise existentielle directement dans la tombe avec une ironie machiavélique. Le journalisme a atteint ici le point de non-retour qui est non pas seulement celui de filmer mais de causer la mort en direct au nom du sacro saint-argent. !!! FIN DES SPOILER !!!

A la rhétorique cinglante, d'un humour noir et tragicomique, Network est un indispensable pas seulement cinématographique mais éducatif à voir absolument pour toutes et tous. Une oeuvre qui mériterait d'être enseignée à l'école pour se forger un esprit critique le plus tôt possible. Quant à la télévision, n'espérez même pas car celle-ci est morte, à l'instar du journalisme.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 19 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de MisterLynch Network - Main basse sur la TV