Affiche New York 1997

Critiques de New York 1997

Film de (1981)

Sauvetage présidentiel dans une immense prison urbaine.

Suite à ses différents succès avec des productions étonnantes et marquantes comme Halloween, la nuit des masques ou Fog, John Carpenter se démarque encore une fois de ses semblables avec son sens artistique inné, son montage sec et ses sujets forts en nous concoctant ce New York 1997, une référence exemplaire de la... Lire l'avis à propos de New York 1997

29 9
Avatar LeTigre
10
LeTigre ·

The name is Splissken.

A chaque fois c'est pareil, je plonge. (La musique, et je sais que toi, qui sais, tu chantonnes déjà.) Comme un môme, Carpenter me prend par le peu de cheveux qui me restent sur la nuque et m'entraîne dans les bas-fonds de Manhattan, dans le futur, enfin maintenant dans le passé, enfin on va plutôt dire dans un passé parallèle. (J'adore les westerns, j'adore Snake Plissken, petit, je voulais... Lire l'avis à propos de New York 1997

118 11
Avatar DjeeVanCleef
10
DjeeVanCleef ·

Mon New York

New York ! Capitale du crime. Haut-lieu de la came et paradis de la péripatétipute en tout genres. Des buildings claustrophiques qui jouent à cache-cache avec le soleil et qui gagnent toujours. Des rues et des avenues tracées à la règle, une géométrie basique à base de carrés et d'angles droits, une putain de matrice de l'infini, et juste à côté, des ruelles dégoulinantes, des portes noires... Lire l'avis à propos de New York 1997

81 15
Avatar Ze Big Nowhere
8
Ze Big Nowhere ·

You're going to kill me, Snake ?

Ce qui m'a frappé lors du visionnage de ce film, c'est la justesse avec laquelle Carpenter a réussi à créer son ambiance. New York est ici plus sale que jamais, glauque à souhait, pullulante de vermines, puante et suintante. C'est ici que l'expression "à feu et à sang" prend tout son sens. Et oui, Manhattan est devenue une gigantesque prison laissée à la merci d'une armée de criminels. Et pour... Lire l'avis à propos de New York 1997

25
Avatar GagReathle
7
GagReathle ·

Un autre futur qui n'aura pas eu lieu

En 1988, la criminalité aux Etats-Unis est telle que le gouvernement décide d'adopter les grands moyens en transformant l'île de Manhattan en gigantesque prison où les détenus livrés à eux-même doivent s'adapter et survivre à la société qu'ils ont eux-même créée. En 1997, Air Force One s'écrase en plein coeur de l'île ne laissant qu'un survivant, le président. Ce dernier est tenu captif par... Lire l'avis à propos de New York 1997

20 6
Avatar Vincent Rigaud
9
Vincent Rigaud ·

King of New York

Pour John Carpenter, son cinéma représente d'abord des émotions, l'idée de créer des atmosphères et de faire ressentir les sensations de ses personnages et enjeux, faire croître la peur et la tension, plutôt que de véhiculer des idées politiques, et c'est ça New York 1997. C'est d'ailleurs là que se trouve la principale force du cinéma de Carpenter, dans les atmosphères... Lire l'avis à propos de New York 1997

39 13
Avatar Docteur_Jivago
9
Docteur_Jivago ·

Hey Snake, i thought you were dead.

New-york 1997 est un film culte, comme la plupart des films de Carpenter. C'est un excellent film d'anticipation qui, bien avant minority report, questionnait la justice américaine. C'est un Western urbain ou est distillée l'essence même du anti-héro, j'ai nommé le grand Snake-Plissken, incarné à la perfection par Kurt Russel. Film d'action souvent drôle et se moquant allègrement du... Lire la critique de New York 1997

42 7
Avatar Samu-L
9
Samu-L ·

Critique de New York 1997 par Prodigy

A revoir New York 1997 je comprends mieux pourquoi il vieillissait si mal dans ma mémoire, pourquoi je le regardais si peu souvent comparé à d'autres films de son auteur que j'ai vus 50 fois, et pourquoi j'ai toujours pensé, quoi qu'on en dise, que c'était l'un des moins bons Carpenter. Incroyablement mou malgré son sujet, le film est une balade paresseuse entre quatre ou cinq décors assez... Lire la critique de New York 1997

77 11
Avatar Prodigy
5
Prodigy ·

We can be Heroes, just for one day

New York, 1997. Suite à une hausse drastique de la criminalité 9 ans auparavant, l'île de Manhattan fut transformée en prison de sécurité maximale à ciel ouvert. Ici, pas de gardes, pas de salle de sport, pas d'infirmerie, pas de douches où faire semblant de lâcher accidentellement la savonnette et pas de... Lire l'avis à propos de New York 1997

31 6
Avatar KND
10
KND ·

Snake

Bien sûr, je n'ai pas revu " Escape from N.Y " depuis belle lurette, j'écoute parfois l'extraordinaire musique de Carpenter dans la voiture et ça me suffit. Je ne sais pas si le film a "bien vieilli", mais peu me chaut... J 'avais treize ans, et j' ai franchi le mur de l'enceinte de N.Y. dès les premières secondes. Je voudrais encore me prendre des chocs comme ça, des films qui vous aspirent,... Lire l'avis à propos de New York 1997

22
Avatar Quantiflex
10
Quantiflex ·