Affiche New York, New York

Critiques de New York, New York

Film de (1977)

Un air de New-York

Le thème du film sera rentré dans la postérité, éclipsant le film lui-même et c'est sans doute dommage. Tout juste auréolé de sa palme d'or pour Taxi Driver, Scorsese délaisse un temps soit peu les organisations criminelles et les martyrs rédempteurs pour s'attacher à la carrière difficile d'un jazzmen, impulsif et ambitieux dans les années d'après-guerre à New York.... Lire la critique de New York, New York

Avatar Jerem17a
8
Jerem17a ·

New York, New York

Énorme gâteau cinéphile et amoureux d'un Martin Scorsese coké jusqu'aux sourcils qui veut à la fois rendre hommage au cinéma qu'il adule et en même temps imposer son style et son talent dont il est, poudre aidant, absolument certain. C'est trop... trop riche, trop barge, trop coloré, trop long, trop complexe et bien sur, trop brillant pour nos pauvres yeux de spectateur blasé qui aimons la... Lire la critique de New York, New York

Avatar Seance-sup-0H30
9
Seance-sup-0H30 ·

Critique de New York, New York par Poule Mouillée

New York, New York, quatrième film de Martin Scorsese est un hommage aux comédies musicales des années 1950, ces comédies d’après-guerre. Il conte l’histoire de Jimmy (Robert de Niro) grande gueule, un « emmerdeur de première », saxophoniste, ayant trois priorités dans la vie : « la musique, l’argent, et …. » et de Francine... Lire la critique de New York, New York

Avatar Poule Mouillée
9
Poule Mouillée ·

Critique de New York, New York par Alexandre Gibier Verrier

NYNY, c'est un des films fleuve de Scorcese: Robert de Niro est saxophoniste, il revient de la guerre, et il tombe amoureux de Lizza Minnelli, jeune chanteuse (dans le film en dans la vraie vie du vrai monde de la vérité véritable). Et ils vont s'aimer, jouer ensemble, devenir célèbres ensembles, et puis se séparer, et se retrouver, etc... Comme dans Casino, comme dans Goodfellas, comme dans... Lire l'avis à propos de New York, New York

Avatar Alexandre Gibier Verrier
8
Alexandre Gibier Verrier ·

Analyse dufilm New York New York

LA COULEUR DU FILM Martin Scorscese commence son chef-d'oeuvre par un plan sur New York, avec bien évidemment, l'instrmentale de la BO du film. On remarque de suite le ton du film. Couleurs violettes, très chaudes, très flashy. On sent direct ici les couleurs type représentatives du jazz. On remarque qu'il pousse le flashy des couleurs en jouant sur énormément de surexposition. Très... Lire la critique de New York, New York

Avatar LucasBARAN
9
LucasBARAN ·

Versatile et sensible Scorsese

Décidément, MARTIN SCORSESE est un auteur passionnant, à la filmographie bien plus diversifiée et complexe que ce je pensais. Moi qui le catégorisais comme un cinéaste seulement doué pour filmer des gens qui se butent les uns les autres au sein d’univers très marqués (mafias et autres gangs)… Je constate qu’également, dans ses débuts, Scorsese présente un cinéma sensible et personnel,... Lire l'avis à propos de New York, New York

Avatar Le Blog Du Cinéma
7
Le Blog Du Cinéma ·

Critique de New York, New York par Prof De l'être

1945. C'est la fin de la Seconde Guerre Mondiale et New-York est en liesse. Jimmy Doyle (Robert DeNiro) est un jeune soldat démobilisé mais aussi un saxophoniste avec une belle et grande gueule. Le soir de la victoire, affublé d'une chemise du meilleur goût, il drague à tout va au Starlight Club. C'est ainsi qu'il va faire la rencontre de Francine Evans, une jeune chanteuse qui elle aussi a... Lire la critique de New York, New York

Avatar Prof  De l'être
8
Prof De l'être ·

Critique de New York, New York par ffred

Un des rares Scorsese que je n'avais jamais vu. Plutôt sympathique, une belle histoire d'amour, une partition célèbre. Liza Minelli et Robert de Niro sont très biens. Je ne me suis pas ennuyé mais j'ai trouvé le tout un peu daté. Pas le meilleur film de son auteur mais agréable et comme toujours chez lui, bien fait. Lire la critique de New York, New York

Avatar ffred
8
ffred ·

Major Chord

Un hommage de Scorsese aux "musicals" des années 40/50 qui joue sur l'opposition des styles des deux personnages principaux... Bien évidemment des styles musicaux mais aussi cinématographique... entre modernité et Technicolor. Robert De Niro est au sommet et il faut bien Liza Minnelli pour lui tenir tête. La scène de flirt d'ouverture est d'ailleurs un petit bijou. Lire l'avis à propos de New York, New York

Avatar TK-475
7
TK-475 ·

1 2 3 4

tim tim toudidoum toudim dim titita ti ti titi ta toudoulou doulou doulou TZING bam badam dzing dzing pon poooon pooooooon poiiiiin BADOM gli dili dili di gling gling toudoudoum da da dou di daa yeah pom pom pooom clak fuiii ffuuuu tidili dili dili doum doum daaah badam badam rrrrrolorolorolo tpadaboum NEW YORK NEW YOOOOORK Lire la critique de New York, New York

Avatar LeCactus
7
LeCactus ·