Un plaisir voyeuriste jubilatoire

Avis sur Night Call

Avatar Hadrien Mathoux
Critique publiée par le

"Nightcrawler" (passons sur le ridicule changement de nom qui a sans doute consisté à attirer le grand public ayant apprécié la chanson Nightcall du film Drive...) est un petit bijou. La ressemblance avec Drive, avec lequel le film partage les mêmes producteurs, est certes frappantes en quelques points : les longues séquences de conduite, l'ambiance mi-sinistre mi-vivante de Los Angeles la nuit, un héros mystérieux et ambigu, des effets de mise en scène et une bande originale semblables... Mais cela s'arrête là. Nightcrawler enfonce largement le film de Refn, car son scénario n'est pas écrit sur un ticket de métro ; car il ne s'enfonce pas dans une contemplation stérile et ennuyeuse ; car son personnage principal dispose d'une énorme consistance, et n'est pas un simple taiseux semi-autiste ; car le film aborde vraiment des sujets spécifiques (le journalisme de faits divers freelance et le traitement sensationnaliste de l'information aux Etats-Unis, l'hypocrisie et le ridicule du discours entrepreneurial américain).
Tout en dénonçant les travers des news et de la course à l'information, le film parvient à susciter ce sentiment d'avidité et de curiosité malsaine qui nourrit ce qu'il dénonce. Ce paradoxe, critiqué par certains, est un tour de force cinématographique en ce qu'il explique la tendance sans en opérer une critique unilatérale. Le film est bien évidemment servi par la prestation fantastique de Jake Gylenhaal, parfait en sociopathe en puissance,calme et déterminé, déséquilibré mais toujours prêt à nouer des relations humaines autour des concepts de management qu'il a appris en ligne.
Nightcrawler est une totale réussite.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 272 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de Hadrien Mathoux Night Call