Boulevards de la mort

Avis sur Night Call

Avatar Huikol
Critique publiée par le

Comment ne pas détester ce personnage sans avoir également une fascination pour son culot ? Los Angeles en 2014, des grands boulevards, des catastrophes à chaque coin de rue, et ce dernier à la recherche du scoop qui fera de lui un homme riche. Pourtant au début de Night Call, on nous le présente juste comme un voyou qui revend des bijoux et des objets volés en tout genre. Mais cet individu est bien pire que cela, un véritable monstre qui dit lui-même détester les hommes. Son nihilisme est détestable et au final le film dessine un comportement que l'on reconnait dans notre quotidien, celui d'une société qui ne fonctionne que par l'argent, la productivité, qui souhaite aller "plus haut, plus loin" comme le dit si bien la directrice de diffusion de la chaîne d'informations. Night Call filme la réalité d'une société dans laquelle un "requin" va filmer le malheur d'autrui pour devenir riche et "heureux", c'est horrible !

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 197 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de Huikol Night Call