Affiche Nobody Knows

Critiques de Nobody Knows

Film de (2004)

Au regard des enfants

Filmer l’enfance a toujours été un défi particulièrement délicat ; entre la niaiserie condescendante et un regard d’adulte dénué d’authenticité, le point d’équilibre se fait forcément en réglant la question du point de vue. C’est là le parti-pris de Nobody Knows, qui évacue presque d’emblée la figure parentale pour se mettre au diapason de ce monde flou et fragile... Lire l'avis à propos de Nobody Knows

50 3
Avatar Sergent Pepper
8
Sergent Pepper ·

Cachés

Première image, le profil pur d'un jeune garçon envahit l'écran : longs yeux étirés vers les tempes, type asiatique mâtiné d'orient, beau et grave, presque trop... Une image vite relayée par la vision plus prosaïque d'un gamin, à la sortie du supermarché, trimballant des sacs plastiques dans un Tokyo affairé et bruyant. Car Akira, du haut de ses 12 ans... Lire l'avis à propos de Nobody Knows

169 91
Avatar Aurea
9
Aurea ·

Gosses de Tokyo

Avec "Nobody Knows", Kore-eda surprend et déçoit quelque peu. Après des premiers films flirtant avec l'exercice de style, singuliers et témoignant d'une vraie vision du cinéma, notre homme semble rentrer dans le rang en adoptant un classicisme pour le moins perturbant. Perturbant pour moi, en tout cas, même si une telle conversion a forcément facilité la diffusion de l’œuvre auprès du grand... Lire l'avis à propos de Nobody Knows

33 7
Avatar Kalopani
8
Kalopani ·

Critique de Nobody Knows par klauskinski

Nobody knows travaille sur la durée, la répétition, on pourrait presque dire la scansion, plongeant le spectateur dans un rythme particulier, qui peut sembler à certains agaçant par la lenteur revendiquée et parfois dogmatique de l'entreprise. Mais la récurrence de certaines images (la rue, l'escalier, la magasin), la langueur enveloppant la vie de cette fratrie livrée à elle-même, abandonnée... Lire la critique de Nobody Knows

54 3
Avatar klauskinski
8
klauskinski ·

Nobody Home

Premier Kore-Eda. Je ne voulais pas m'étaler vu que tout le monde a déjà parfaitement tout dit mais il donne très envie d'être bavard, sans pour autant crier au génie, parce qu'il marque là où on ne l'attend pas et sait remuer sans tirer aux larmes ce qui est un véritable exploit pour ce type de film minimaliste présentant une langoureuse descente dans la misère. Pas submergé donc, et le film... Lire la critique de Nobody Knows

52 8
Avatar drélium
7
drélium ·

Le laid maternel

Jusqu'à la fin, on ne sait pas quoi penser de Nobody Knows. Les comparaisons s'immiscent et gênent : "c'est plus froid que Kiseki, moins intéressant qu'After Life." En dépit de tout sens critique, force est de constater que Kore-eda a encore su me fasciner. Le point commun, jusque ici, à tous les films de Kore-eda, c'est cette envie irrépressible, violente presque, de vivre au Japon. Nobody... Lire l'avis à propos de Nobody Knows

27 6
Avatar Obstiné
10
Obstiné ·

Les quatre moustiques errent.

Dare mo Shiranai n'est pas un film qui plaira à tous. J'aime beaucoup le cinéma asiatique et le cinéma japonais en particulier; J'ai l'habitude du rythme lent, contemplatif, de cette production cinématographique, mais je dois bien avouer que j'ai trouvé ce film lent à l'extrême. Kore-Eda étire ses scènes au maximum sur un film de 2h20, et on a quand même parfois l'impression que le film aurait... Lire la critique de Nobody Knows

29 31
Avatar Samu-L
7
Samu-L ·

(Spoiler)

C'est jamais facile de faire une critique (le plus objectif possible) d'un film auquel on a mit 10, mais je vais essayer. Au départ j'étais personnellement partager entre : c'est cool et marrant, mais j'en ai pas grand chose a faire de ces 4 gosses, et une admiration pour la mise en scène et la beauté de nombreux plans. Puis, assez vite, dés le premier départ de leur mère, je me suis laisser... Lire l'avis à propos de Nobody Knows

35 5
Avatar Sasory
10
Sasory ·

Poésie nippone

Nobody Knows fait partie de ces quelques films qui vous tiennent en haleine du début à la fin. Toute personne normalement constituée ne peut rester de marbre face à ce chef d'œuvre sans prétention aucune. Tout débute comme un film des plus ordinaires: une femme emménage, accompagnée de son fils, dans un nouvel appartement. On apprend assez vite qu'ils ne seront pas que deux à y vivre, mais... Lire l'avis à propos de Nobody Knows

18 8
Avatar ChocBonham
9
ChocBonham ·

La loi du Silence

Il m'a été bien difficile de rester insensible à cette oeuvre signée Hirokazu Kore-Eda, surprenante par sa non-dramatisation d’événements pourtant terribles, mais aussi par une certaine froideur qui ne vise jamais une personne en particulier. Le cinéaste japonais s'intéresse ici au sort d'une mère et de ses quatre enfants, devant cacher trois d'entre eux pour se permettre de vivre... Lire la critique de Nobody Knows

25 3
Avatar Docteur_Jivago
8
Docteur_Jivago ·