Vivez toutes les émotions du cinéma avec Orange

Précurseur

Avis sur Noroi : The Curse

Avatar ThomasTrichet1
Critique publiée par le

Disclaimer : Veuillez-excuser la traduction approximative du dialogue qui va suivre. Je ne parle malheureusement pas très bien japonais

"Mon prochain rendez-vous, Ayako s'il vous plaît.
- Monsieur, vous avez rendez-vous avec Kôji Shiraishi.
- Le mec qui a pondu Ju-Rei ? Mais c'était une bouse ! On aurait jamais signé ce plagiat de Ju-On chez nous ! Qui a validé ce rendez-vous ?
- Vous monsieur, la semaine dernière quand il vous a appelé !
- Faut vraiment que j'arrête d'acheter ma coke à ces Hong-Kongais. C'est de pire en pire. Bon bah faites le entrer, maintenant qu'il est là."

"Bonjour Takashige Ichise.
- Bonjour Kôji Shiraishi. Quel bon vent vous amène ?
- Euh. En fait, j'ai une super idée de film. J'y crois beaucoup. Ca parlerait d'une malédiction et...
- Permettez que je vous coupe, cher Kôji Shiraishi. Vous savez, chez Xanadeux, on a beaucoup de films dans nos placards qui n'attendent qu'une chose : être produits. Je ne suis pas sûr qu'on puisse en signer un de plus pour le moment. D'autant que j'ai vu votre dernier film, Ju-Rei, qui, entre nous soit dit, parlait déjà d'une malédiction. C'était pas mal, mais... Enfin, je ne veux pas que vous vous mépreniez...
- Non, non, monsieur, comprenez-moi bien, ce film sera différent. Bien différent !
- Bon, j'ai un autre rendez-vous d'affaire dans dix minutes, si vous arrivez à me convaincre, je verrai ce que je peux faire...
- Je vous explique : vous vous souvenez de ce film, Blair Witch Project ? Il était tourné en found footage.
- Oui, et alors ?
- Et bien ça permet de réaliser un film avec un petit budget. Si le film fait beaucoup d'entrées, on rentre très vite dans nos frais et on devient rentables tout aussi rapidement.
- mmmmh, continuez.
- J'ai déjà les grandes lignes de l'histoire si vous voulez. Elle parlera du dilemme que notre société doit affronter : céder à la modernité ou rester fidèle à la tradition...
Imaginez : un journaliste spécialiste du paranormal, qui tombe un jour sur des phénomènes étranges qui sont anodins en apparence mais sont en fait tous liés entre eux. Il a cette intuition, il suit sa piste, comme si c'était un documentaire. Et le spectateur lui, verra le montage brut de ce journaliste...
- Comme un documentaire ?
- Exactement ! Ca nous permettra de renforcer l'implication du spectateur, donc tous les effets horrifiques ! Pas besoin d'effets spéciaux grandiloquents, que du naturel. Ce que le public pourrait voir dans sa vie de tous les jours devient inquiétant, angoissant, parce que dans le film, c'est inquiétant et angoissant. Vous allez voir, je suis sûr que d'ici quelques années, même Hollywood fera porter des caméras à des anonymes pour renforcer le lien entre le public et les protagonistes de l'histoire.
- Mmmmmh l'idée ne me paraît pas inintéressante, mais tel quel, c'est un peu léger.
- Tout va se jouer sur notre scénario et les acteurs. Si les acteurs sont bons, vous pouvez me croire, ça marchera. Et j'ai déjà en tête une liste d'acteurs parfaits pour ce genre de film. On pourra aussi avoir besoin d'un peu de sound-design, pour renforcer les effets. Des bruits sourds ou des sons stridents bien placés, qui souligneront le propos. Quant au scénario, je commencerai par la fin, comme dans Ju-Rei. Mais cette fois-ci, cette fois-ci, je ne referai pas l'erreur que j'ai faite l'année dernière. Non, cette fois, tout sera bien amené. Proprement, graduellement. On commencera par le drame, mais on provoquera la curiosité du spectateur au lieu de chercher à le surprendre ou l'émouvoir. Puis, l'enquête commencera et on s'attachera aux personnages. On fera monter le film jusqu'à l'apogée. Tout ira crescendo.
- Et l'enquête alors ? Où se déroulera-t-elle ?
- Essentiellement à Tokyo. Pas besoin de se déplacer énormément. J'ai déjà repéré un ou deux immeubles glauques, quelques maisons reculées, étranges. Il faudra aussi que je trouve un lieu ou deux supplémentaires, notamment une forêt effrayante. Si je tourne le film en automne ou en hiver, on devrait pouvoir faire ça pas trop loin.
- Ok, ok, mais que ce soit vous ou moi, si on fait un tel film, on prend un risque. Même pour trois ou quatre millions, vous comprendrez-bien que ça reste une somme conséquente que je ne peux investir les yeux fermés.
- Alors écoutez bien, Takashige Ichise, imaginez... Une maison qui a brûlé entièrement, une femme calcinée. Son mari -le reporter en question- porté disparu. On sait qu'il s'intéressait au paranormal. Qu'il menait une enquête. Et tout ce qu'on a retrouvé, c'est une cassette. Tout ce qui reste de cet homme après cet étrange incendie est une cassette qui a résisté aux flammes. Et dans cette cassette se trouve la fameuse enquête. Celle qui a mené à l'incendie. Du moins c'est ce qu'on pourrait supposer. Ne seriez-vous pas tenté de savoir pourquoi cet homme a disparu ? Quelle malédiction aurait pu faire bruler sa maison et toute sa famille ? Pourquoi la cassette n'a-t-elle pas brûlé avec le reste ? Pourquoi le journaliste n'est-il lui-même, pas retrouvé dans les décombres ? Que contient vraiment cette cassette ? Ca ne vous travaille pas ? Même pas un tout petit peu ?
- Alors, pourquoi ?
- Et bien pour le savoir, il va falloir prendre le risque de financer mon film.
- Vous êtes malin, Kôji Shiraishi. Combien vous faudra-t-il ?
- Vous avez dit quatre millions tout à l'heure ? Il m'en faudra moitié moins."

********************************************Six mois plus tard***********************************************
"Bonjour Ayako, comment allez-vous ?
- Parfaitement bien, Monsieur, il fait un temps superbe aujourd'hui.
- Vous m'en voyez ravi. Dites, je reviens tout juste de la séance du film Noroi, vous vous souvenez ? Le film de notre ami Kôji Shiraishi.
- Alors, qu'en avez-vous pensé ?
- Eh bien, la première chose que je me suis demandée est où ai-je bien pu mettre le numéro de mon dealer Hong-Kongais ? Je cherche désespérément un petit peu de sa coke. Il semblerait qu'elle ne me fasse pas faire que des conneries finalement..."

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 152 fois
1 apprécie

Autres actions de ThomasTrichet1 Noroi : The Curse