Sur le bord

Avis sur Nos voisins, les hommes

Avatar MalevolentReviews
Critique publiée par le

Tiré d'un comic-strip hilarant du type "Garfield" ou "Calvin & Hobbes" (une seule planche horizontale), "Over the Edge" est avant tout une mini-satyre de notre société actuelle, mise en image simplement avec un humour sarcastique et des gags fins. Les planches mettent en avant trois personnages principaux soit RJ le raton-laveur, Verne la tortue et Sammy l'écureuil.

Pour son adaptation cinématographique signée DreamWorks, on multiplie les personnages, on garde le même sujet sur la société et on agrémente le tout de gags lourdingues. La consternation est donc de mise... Réalisé par les pourtant doués auteurs de FourmiZ (probablement l'un des meilleurs films de la boîte à ce jour) et du très réussi Sinbad : La Légende des Sept Mers, l'adaptation du comics appartient ici à ce qu'on appelle le mauvais DreamWorks...

Autrement dit, nous avons affaire à un film d'animation esthétiquement irréprochable, bourré d'action mais uniquement destiné aux enfants en bas âge plus intéressés de voir des animaux qui parlent et font des galipettes que d'écouter des dialogues réfléchis pouvant tout aussi bien faire éclater de rire les adultes. Ainsi, après l'excellent Madagascar, la firme américaine retombe bien bas.

Nos voisins les hommes accumule donc les personnages (pour en sous-exploiter beaucoup), nous sert un scénario mille fois abordé accompagné comme il se doit de gags aussi voltigeants que peu amusants (non voir une mouflette péter ou un écureuil se faire shooter du pied, ça n'est pas drôle dépassé les huit ans) et de clichés sur « la famille et les amis c'est le plus important blablabla ».

Ajoutez un méchant pas gentil du tout, un happy end de rigueur et un ennui profond et vous obtenez une comédie animée très infantile qui aurait mérité un côté un peu plus adulte, surtout lorsque l'on voit d'où il est tiré.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 244 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de MalevolentReviews Nos voisins, les hommes