👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Comment juger avec un œil du XXIe siècle une œuvre qui a bientôt 100 ans ?

C'est vrai, après tout, quelqu'un (comme moi) qui ne s'y connaît pas trop en cinéma ne pourra pas porter un regard axé sur la technique. Je me fierai donc à mon ressenti.

Ça fait longtemps que je voulais voir ce classique de l'épouvante, considéré comme le précurseur du genre. C'est très intriguant, un film d'épouvante muet. Mais franchement, ça rend bien.

J'ai vu la version de 1994 avec la musique de Galeshka Moravioff, et je dois dire que si la musique ne colle pas du tout à l'action, elle sert surtout d'ambiance, et accentue énormément, dans ce cas-ci, le côté horrifique. Je pense que chaque version doit par conséquent être très différente. Dans le cas de Galeshka Moravioff, c'est l'influence très contemporaine, atonale de la musique qui lui accorde ce caractère malsain, macabre.

Le scénario est très minimaliste, l'accent est surtout mis sur l'esthétique. Comme le confirme un certain classement, Nosferatu le Vampire est emblématique de l'expressionnisme allemand : le personnage de Nosferatu en lui-même est déjà humanoïde, mais certaines scènes, comme les cultissimes scènes d'ombres, accentuent encore plus l'effet de déformation. Et ça rend Nosferatu particulièrement malsain, donc flippant, en un certain sens. On trouve même quelque chose d'Hitchockien (je me permets l'anachronisme) par le traitement du voyeurisme.

C'est le premier film muet que je vois qui n'est pas humoristique, et je dois dire que ces jeux d'acteurs très primitifs et ces vieilles images authentiques accompagnées d'une telle musique... Le tout rend le film particulièrement macabre, et je me suis surpris à craindre vraiment certaines images. Donc c'est réussi !

Monsieur_Cintre
8
Écrit par

il y a 3 ans

3 j'aime

2 commentaires

Nosferatu le vampire
Sergent_Pepper
8

Angoisse, désir et projections.

Film d’une ampleur et d’une ambition impressionnantes pour l’époque, Nosferatu est un régal visuel. Plongée, contre-plongée, jeu d’ombres, toute la grammaire du film est ici mise en place. Dans un...

Lire la critique

il y a 8 ans

55 j'aime

1

Nosferatu le vampire
fabtx
9

Pour tous les mordus de cinéma...

En ces temps troublés pour nos amis suceurs de sang, où l'essence-même de cette admirable et effrayante créature est aspirée jusqu'à la moelle par des Draculas du dimanche et autres Robert Pattinson,...

Lire la critique

il y a 11 ans

52 j'aime

8

Nosferatu le vampire
Reverend-Z
10

Interview mit einem Vampir

"Oh comme il m'aurait plu d'avoir mon mot à dire à l'époque ! Mais j'admets que les images sont suffisamment éloquentes, le clair et l'obscur se livrent à une danse silencieuse dont les motifs m'ont...

Lire la critique

il y a 8 ans

44 j'aime

17

Psychomagie, un art pour guérir
Monsieur_Cintre
6

Pascal le grand-père

Psychomagie commence par une comparaison avec la psychanalyse de Freud. La psychomagie n'est donc pas tant un art qu'une thérapie, une thérapie par les actes. Ce documentaire relate les blocages...

Lire la critique

il y a 2 ans

18 j'aime

7

Mon nom est Personne
Monsieur_Cintre
7

Le chemin vers la reconnaissance

Mon Nom est Personne est à la fois un western spaghetti et un hommage au genre. Il s'agirait à l'origine d'un projet de Leone - le roi des spaghettis - qui en est le producteur, et qui souhaite...

Lire la critique

il y a plus d’un an

17 j'aime

10

Paris, Texas
Monsieur_Cintre
8
Paris, Texas

"Ton meilleur ami, crois-moi, c'est ton papa !"

Voilà un film intrigant rien que par son affiche, que je trouve personnellement magnifique. Paris, Texas est d'ailleurs le reflet de cette affiche, tout dans l'émotion, la douceur, la couleur. On...

Lire la critique

il y a 2 ans

14 j'aime

15