Vampire, vous avez dit vampire ?

Avis sur Nosferatu le vampire

Avatar Carlit0
Critique publiée par le

Voir Nosferatu, c'est un peu comme ouvrir un livre d'histoire : 1922, Friedrich-Wilhelm Murnau s'attaque au mythe du vampire, en imaginant une histoire avec le comte Dracula. L'expressionnisme allemand au service d'un film d'épouvante parmi les plus réussis. Une petite heure de film qui ne lassent pas, qui donnent envie de plus.

Ce n'est sûrement pas le premier film de vampires, je crois qu'il y a eu une pseudo série dans les années 10 en France concernant des vampires/voleurs mais c'est assurément la première véritable réussite. Il réussit à mettre en scène une histoire angoissante, où un jeune homme va travailler pour le comte Dracula en Transylvanie pour gagner assez d'argent et s'éloigne de son épouse. Il va cependant s'apercevoir du caractère étrange de son employeur. La photographie est ici absolument sublime et les jeux d'ombres permettent à Murnau de nous faire peur, encore aujourd'hui. Tout l'art de mettre le personnage de Dracula dans l'obscurité, de lui pocher les yeux avec des cernes et de réussir à rendre l'acteur si repoussant et effrayant est présent ici.

On est donc sans cesse happé par la peur du vampire, les crocs et le sang sans pour autant que l'on voit la moindre agression de front. Lorsque le jeune allemand se fait mordre, on ne voit que la trace de crocs, cela n'en rend pas moins inquiétant l'agresseur puisqu'on ne sait pas exactement comment il s'y prend. Et lorsque le vampire débarque en Allemagne, l'inquiétude monte encore d'un cran tant on ne sait pas quel est le plan exact du diabolique personnage.

Je ne saurai pas quoi dire d'autre tant le film est avant tout apprécié grâce à ce tout, à cette alchimie qui unit le réalisateur à son film, à ses acteurs. Il ne s'agit pas de voir le film pour son intérêt historique indéniable mais également pour ce qu'il est : un film d'épouvante diablement bien mis en scène, qui n'a rien à envier à tout ce que l'on a pu faire après. Et d'ailleurs, c'est la base de tout tant on peut retrouver des thèmes identiques dans le cinéma de genre moderne. Il existe bien quelques petits défauts, mais à vrai dire, ils font partie du charme que dégage le cinéma allemand muet des années 20. On se prend à aimer le muet, le surjeu notable dans tous les films de l'époque pour exprimer plus clairement les sentiments. Et encore, ici, un regard de Dracula suffit pour nous donner la chair de poule. On ne peut passer à côté.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 312 fois
8 apprécient

Autres actions de Carlit0 Nosferatu le vampire