👉 On vous partage notre 1er bilan de la nouvelle version de SensCritique.
Continuez à suivre l'avancée du site sur journal de bord.

Nowhere Boy, la vie de John Lennon avant les Beatles, n'est pas un film musical, n'est pas un film "d'un petit génie qui grimpe les échelons" et n'est pas un flim sur le cyclimse. Loin d'être une Biopic à proprement parlé, c'est avant tout le parcours complexe d'un jeune homme que les études ennuient et qui est obnubilé par sa recherche d'une quelconque icône maternelle sur laquelle se reposer. Élevé par sa tante sévère et un oncle véritable complice de jeux, le jeune homme voit sa vie basculer à la mort de ce dernier qu'il considérait comme son mentor et son seul véritable ami. Il va alors découvrir que sa vie est parsemée de lourds secrets de famille et va tenter de comprendre comment sa mère a pu l'abandonner à sa tante pendant des années. Tout cela sur fond d'un rock'n roll naissant et d'un Elvis idolâtré qui mettra John Lennon sur la voie de la musique, de la création d'un groupe de rock et de son amitié naissante avec Paul McCartney.

Le film n'est donc absolument pas orienté vers la musique de Lennon et surtout pas vers le succès des Beatles. Beaucoup de références y sont faites mais du début à la fin, il n'en est absolument pas question. J'ai trouvé cette idée absolument pertinente, dans le sens où on se fiche éperdument de la destinée de ce jeune homme paumé qui tente de se trouver une quelconque stabilité pour ne pas devenir complètement fou. Certes c'est une histoire vraie, celle d'un homme connu et désormais véritable icône de la musique, mais cela reste avant tout une histoire tout ce qu'il y a de plus quelconque dans sa tragédie et le film aurait très bien pu parler de la même chose sans s'implanter autour d'une célébrité. Néanmoins, cette qualité est aussi un défaut pour le film qui devient alors presque banal dans son propos. Sans "l'idole", la réalisatrice filme son idée comme elle le peut et ne parvient jamais à choisir sa voie. Pas assez complexe comme un Harvey Milk, trop peu musical comme le fut le controversé Runaways, Nowhere Boy ne vole finalement pas aussi haut qu'on aurait pu l'espérer.

C'est un beau film coincé entre deux styles : le drame et le biopic. C'est aussi une histoire intéressante, mais pas incroyablement originale, qui met d'ailleurs en second plan le jeune Paul McCartney joué par un Thomas Sangster impressionnant pour son jeune age, mais qui a déjà un CV incroyable. Dès son apparition, il vole la vedette à l'acteur principal, Aaron Johnson, qui m'avait déjà paru très quelconque dans Kick Ass (que j'ai pourtant adoré) et Chatroom. Il me semble surjouer un peu, ce qui dans Nowhere Boy n'est pas un défaut tant on nous laisse comprendre que John Lennon se montait lui même une allure très fausse et hautaine. Néanmoins, c'est un acteur que j'ai beaucoup de mal à apprécier. Ce n'est pas grave pour Kick Ass, ni pour ce film, mais à l'avenir sa présence dans le casting risque de me refroidir violemment.
Skywilly
6
Écrit par

il y a 9 ans

Nowhere Boy
Aurea
6
Nowhere Boy

Secrets de famille

C'est un nouvel éclairage de John Lennon que nous propose pour son premier long-métrage la cinéaste Sam Taylor-Wood en se penchant sur l'enfance puis l'adolescence, dans les années 1950, du futur...

Lire la critique

il y a 11 ans

18 j'aime

9

Nowhere Boy
Hansy
5
Nowhere Boy

Critique de Nowhere Boy par Hansy

Qu'on appelle Pascal le grand frère s'il vous plait

Lire la critique

il y a 11 ans

11 j'aime

Nowhere Boy
Hortance
9
Nowhere Boy

Critique de Nowhere Boy par Hortance

Non parce que vous êtes rigolo vous, vous vous dites: » ah mouais Aaron Johnson, mais bon, il est entré dans une case le mec, avec Kiss-Ass BOOM, il peut plus rien faire, alors imaginez-le dans le...

Lire la critique

il y a 11 ans

9 j'aime

Les Exploits d'un jeune Don Juan
Skywilly
3

Ni bien écrit, ni franchement intéressant...

Vous aussi, les profs de français vous ont bassinés avec le grand poète qu'est Guillaume Apollinaire ? Si ce titre noble n'est clairement pas à redéfinir, tant Alcools prouve qu'il est mérité, il ne...

Lire la critique

il y a 9 ans

6 j'aime

Bébés
Skywilly
8
Bébés

Trop meugnon !

Ce film produit par Chez Wam, la société d'Alain Chabat, est un petit documentaire d'une heure et vingt minutes sur la vie de quatre bébés nés sur différents endroits du globe. L'Amérique du Nord, le...

Lire la critique

il y a 9 ans

5 j'aime

Babylone
Skywilly
5
Babylone

Théatre sans mise en scène

Babylone est en deux grands actes camouflés en une seule prose, sans chapitres ni respiration forcée de la part de l’auteure pour son lecteur. La première nous raconte l’histoire d’Elizabeth ayant...

Lire la critique

il y a 5 ans

3 j'aime