Avis sur

Numéro quatre par Julien Camblan

Avatar Julien Camblan
Critique publiée par le

« Nous sommes des gentils aliens à visage humain de la planète Lorien. Notre belle planète a été détruite par des méchants aliens, les Mogadoriens (vous voyez, rien que leur nom montre comme ils sont méchants, et encore vous n'avez pas vu leurs sales têtes, avec des branchies et des dents mal brossées, sans parler de leur calvitie affreuse, berk berk berk).
Il n'y a eu que 9 survivants de notre espèce, 9 élus avec des pouvoirs de dingues (genre lampe de poche intégrée, rechargement de batterie, des trucs stylés quoi) qui ont été envoyés sur Terre. Enfin, on dit toujours 9 survivants parce que ça claque un peu et que les gens nous plaignent, mais en fait on est un peu plus que ça, y a aussi leurs gardiens aussi donc on est au moins 18, sans compter mon cousin mais je m'égare.
On est donc là, chez vous, parce que votre planète elle est belle, on peut y faire du jet-ski, draguer vos nana, casser vos stades, lot of fun. Seulement, les vilains Mogadoriens ils nous ont suivi et ils tuent nos élus numérotés un par un. En fait, quand ils sont arrivés là en nous suivant, ils ont découvert votre planète qu'ils ne connaissaient pas et ils se sont dit que ça leur ferait un beau coin pour les vacances (désolé hein, on pouvait pas deviner qu'ils nous suivraient).
La seule chose qui les empêche d'agir, c'est une fois encore nos numérotés. Donc ils les poursuivent. Dans l'ordre. On ne sait pas vraiment pourquoi ils les tuent dans l'ordre, c'est comme ça, ils doivent avoir peur de perdre le compte s'ils sautent un numéro.
Du coup, on essaie de fuir, on fait du jet-ski, on drague, on se bat avec nos épées lumineuses (on veut bien faire profil bas, mais faut quand même pas qu'on se fonde dans la masse hohé).
Une autre grande coutume, chez nous, c'est aussi la recherche de la difficulté. En fait, on sait depuis toujours que les numérotés sont plus puissants quand ils sont réunis, mais on a décidé de les séparer, pour se faire déglinguer un par un, et de ne surtout pas prévenir lesdits numérotés de ce moyen d'accroître leurs pouvoirs. Ce serait trop facile.
On a aussi des animaux de compagnie mutants super balèzes dont on n'a rien à battre, qu'on laisse crever dans des flaques sans même y prêter attention, mais s'ils survivent on est sympa et on veut bien les reprendre.
Voilà, tout ça c'est nous, les survivants de Lorien, et c'est notre histoire. »

Au moins, le film est assez constant dans sa médiocrité, les acteurs insipides et sans charisme sont parfaitement assortis au scénario misérable, à la narration comateuse et à la mise en scène essoufflée entrecoupée de tous les clichés les plus affligeants de l'histoire du cinéma d'action / fantastique / adolescent.

Reste le chien-chimère qui a méchamment la classe. Et Dianna Agron qui est sexy dans son rôle de potiche intello. Et c'est tout.

J'y allais en pensant voir un ersatz de Jumpers ou Push. Et c'est ce que j'ai vu. C'est la même chose, avec des personnages moins attachants que jamais et une histoire encore plus anecdotique. Si seulement les FX relevaient le tout, on pourrait s'en contenter, mais c'est là aussi en dessous de tout ce qui se fait aujourd'hui.

Quatre points, pour le titre.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 1223 fois
36 apprécient · 1 n'apprécie pas

Julien Camblan a ajouté ce film à 2 listes Numéro quatre

Autres actions de Julien Camblan Numéro quatre