L'Echec du féminisme

Avis sur Nymphomaniac : Volume 2

Avatar Attiébaoulé Gounyoruba
Critique publiée par le

... sera la violence.

Autant vous dire qu'il n'est pas exempt de défauts. Le film est par moment chiant. Il frôle le racisme. La provocation gratuite. Les paroles débiles. La chanson Hey Joe de Jimy hendrix massacrée par Gainsbourg (faute de goût impardonnable).

Le jeu de Bell est dérangeant de beauté, Defoe est honteusement sous-exploité quand Shia et surexploité voire en déséquilibre quand Charlotte apparaît. Pourtant 10.

Lars comprend la Femme du XXIème, comprend l'échec de l'émancipation féminine. Ca vaut 10. Merci Lars Naoki parle de film le plus féministe jamais fait . Il a raison.

La femme a beau accéder à de hautes responsabilités, obtenir des diplômes , décrocher des postes de direction, se révéler brillante, sa représentation a finalement peu évolué. Des pouffes comme Zahia ou Nabilla deviennent célèbres en se servant de leur sexualité(quand un mec peut le devenir en étant juste con, cf vandetta). La femme est toujours vuecomme un objet dans bon nombre de publicités. Les chanteuses rivalisent de poses sexys dans leur clips. Les filles suivent la mode et montrent leur cul sur FB(véridique!). Les Fémens, ces connes, sont toutes des bombasses qui se foutent à poil et dégradent les lieux publics. Et Barbie a des mensurations impossibles.

A côté de ça, les filles sont amourachées de Twilight et autres 50 Shades où elles sont soumises à des hommes sadiques. Joe est perdue.

En tant que femme, elle est censée tomber amoureuse et trouver le secret du sexe dans l'amour. S'occuper de son gosse. Rester fidèle à son homme. Joe refuse. L'amour la rend frigide et elle devient infidèle, irreponsable. En d'autres termes, elle sort du conformisme féminin. C'est une criminelle. Elle expie sa faute en expérimentant le masochisme, la douleur, le sadisme. Elle ne fait que se marginaliser encore plus. Elle énerve son mari qui, pour la punir , lui enlève son fils. Il la rejette, la culpabilise. "Tu n'es pas une mère" (sous-entend, mauvaise femme). Il ne sera pas un bon père non plus, mais c'est pas grave, c'est un homme.

La société est manichéenne : deux solutions pour la femme : soit elle est Messaline, soit elle la Vierge Marie.

Joe continue à se détruire. Après s'être faite cathare doloriste , elle sombre dans l'illégalité la plus sordide. Avant cela elle a voulu se soigner . Sa thérapie a été utile : Joe a vu l'hypocrisie du monde. Lars va(très, trop?) loin: l'hypocrisie c'est refuser la supériorité physique de l'Homme Noir (elle-même , joe la superwoman du sexe est dépassée par leur libido et leur puissance phallique ), c'est criminaliser la sensualité aggressive de la femme(de nympho, on utilise sex addict, pour appuyer sur l'addiction et le côté malsain).

Joe ,révoltée, révolutionnaire, casse des voitures, fait de l'extorsion de fonds, se transforme en virago et torture les hommes et (ouais je vais choquer, je m'en fous : ô sublime moment) pratique une fellation sur un pédophile. Pour moi Lars a été grand. Reconnaître la difficulté, refuser de condamner un pervers et lui accorder son admiration et sa compassion quand celui lutte contre sa part maudite, c'est grand. Emotion.

Et là , Seligman est dégoûté. Il commence à apparaître tel qu'il est réellement. Le mec faussement compréhensif. Nous y reviendrons.

Joe se révèle aussi : elle révèle sa droiture. Car non, elle n'est pas mauvaise. C'est même tout le contraire. Elle est parfaitement morale en dépit du sexe débridé et de la délinquance. Elle appelle un chat un chat, elle a des scrupules quand on lui demande de manipuler une jeune fille, lui avoue tout , se pose des questions, est rongée par la culpabilité...

A tel point qu'elle va se laisser frapper par son ex et humilier par sa protégée. Joe sait qu'elle ne fait rien de mal mais elle est constamment jugée. La Vierge Marie est respectée, divinisée, Messaline est la putain de Babylone, c'est-à-dire précipitée en Enfer le jour de l'Apocalypse.

Encore de nos jours.
Messaline n'est pas près de devenir Vénus.

(En effet, la femme, la Vraie , celle que tous les hommes veut , elle fout des râteaux . L'Homme, le Vrai , celui que toutes les femmes veut, lui ne s'en prend jamais). La sexualité féminine n'est toujours pas égale à celle de l'homme. Simone, tu as échoué.

""
Seligman, l'intellectuel castré par l'esprit , puceau par fidélité amoureuse à l'étude(prétend-il!) tente de convaincre Joe que son mal-être est due à cette inégalité. Il y parvient. Elle s'endort. Le vieux a menti en fait . Il est à l'image du monde : hypocrite. L'esprit est incapable de dompter le corps, d'ailleurs c'est con de l'en croire capable . Seligman va mourir. Il doit donc se reproduire.

Il tente la diablesse. Elle va tirer la première.
"""

Moralité : Joe est le seul personnage moral du film. Certains y voient un ramassis de clichés(notamment, la dernière scène). Non. Joe , la dépravée, la marginale est meilleure que le bon mari, la fille défigurée, la bourgeoise trompée, l'intellectuel respectable, la psy bienveillante. Faire de Messaline, celle qui sublime sa sexualité à l'égal d'un président de la République Française , la caution morale du film devant la Vierge, c'est très subversif.

PS: A Cannes, il y a eu une polémique stupide qui n'est possible qu'en France. Lars s'est excusé , puis s'est rétracté. Il se moque clairement de la polémique dans le film et donne ses positions politiques sans céder à un certain type de chantage. Il me rappelle un certain D. Lars est à l'image de son film : un adversaire de l'hypocrisie.

Chapeau l'artiste!

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 3264 fois
83 apprécient · 18 n'apprécient pas

Attiébaoulé Gounyoruba a ajouté ce film à 1 liste Nymphomaniac : Volume 2

  • Films
    Cover Pénis

    Pénis

    Avec : Aquarius, Poesía sin fin, Nymphomaniac : Volume 2, Nymphomaniac : Volume 1,

Autres actions de Attiébaoulé Gounyoruba Nymphomaniac : Volume 2