Au pays des blockbusters, Tom Cruise est roi

Avis sur Oblivion

Avatar Le_Prophète
Critique publiée par le (modifiée le )

Un bon travail, un conjoint (que l'on aime pas forcément), et une jolie baraque: voilà qui a de quoi rendre heureux. D'entrée de jeu, le film s'avère donc être une féroce critique du conformisme imposé par les valeurs américaines. L'American Dream existe-t-il vraiment? Bon allez, je déconne. Ce ne serait que donner trop de crédit à ce film que d'affirmer qu'il détient un réel fond.

Qu'est-ce qu'Oblivion donc? Oblivion c'est Tom Cruise, Tom Cruise, Tom Cruise, Tom Cruise, Tom Cruise et encore Tom Cruise.
Oui, si j'abuse de répétitions, ce n'est nullement pour critiquer le jeu d'acteur de Cruise, juste qu'il y a trop de Tom Cruise dans ce film: Tom Cruise à moto, Tom Cruise et ses abdos, Tom Cruise qui joue au baseball, Tom Cruise qui arrose sa plante, Tom Cruise amoureux, Tom Cruise en colère, Tom Cruise contre les drones, Tom Cruise qui court (le grand classique), Tom Cruise à la plage.. Bref tout le monde aime Tom Cruise. On a même droit à deux Tom Cruise pour le prix d'un (satisfait ou remboursé) . Assurément le grand fantasme de Cruise. De quoi en faire rager plus d'un donc.

Au rayon des défauts majeurs, comment ne pas évoquer cette fameuse BO? Rappelez-vous, pour Tron, on avait embauché les Daft Punk. Ici, c'est M83. La seule chose qui peut nous paraître excitant dans l'histoire, c'est que la musique d'un tel blockbuster ait été composé par des frenchies. Parce que musicalement, ça casse quand même pas trois pattes à un canard. Y a certains morceaux qui se démarquent, puisqu'ils se font entendre une bonne dizaine de fois: Tout d'abord, le thème musical "épique", qui intervient à chaque fois qu'une grosse scène d'action prend place, lorsque quelque chose d'important est sur le point de se passer ou quand on est supposé en prendre plein la vue. Il y a aussi le thème au piano, qui repasse à chaque moment censé être triste (oui censé parce que bon.. ) , ou lorsqu'une importante révélation vient d'être faite. Puis, lors du générique de fin, il y a le seul morceau véritablement bon. C'est pas de chance parce qu'à ce moment là, tout le monde est déjà sorti de la salle, et donc personne ne l'entendra jamais.

Difficile non plus de ne pas évoquer le cas Morgan Freeman. Parce que soyons clair, il ne sert quasiment à rien. Enfin si, son rôle est super important blablablabla , mais se révèle assez inutile, puisque Harper (Cruise donc! ) fait tout à lui tout seul de toute façon (se référer au second paragraphe) .

MAIS, ce n'est pas totalement anecdotique. Pourquoi? Pour plusieurs éléments pourtant évidents:

- Tom Cruise a suffisamment de métier pour faire le job, comme on dit.

- On échappe à l'Inception's Style, qui consiste à rendre tout ou une partie de l'oeuvre compliquée dans le but de paraître faussement intelligent.

- Comme nous l'a prouvé Terrence Malick, Olga Kurylenko est toujours meilleure lorsqu'elle ne prononce pas le moindre mot. Dans To The Wonder, elle sautillait dans tous les sens, ici, elle passe son temps à dormir. C'est plutôt bien pensé, comme ça on se rince l'oeil, sans en avoir honte: Olga n'est là que pour remplir le traditionnel rôle de la "bg" de service. Dans Tron, c'était Olivia Wilde. Chacun son tour. Et puis la "bg" d'un blockbuster hollywoodien ne peut pas être rousse, on le sait bien.

- Andrea Riseborough (wikipedia est mon ami ! ) est sans conteste LA révélation du film, et probablement le seul personnage digne d'intérêt, travaillé. C'était pourtant pas gagné d'avance, puisque sa condition de rouquine ne pouvait pas lui assurer le rôle principal. Et pourtant, s'il n'y a qu'une seule "lumière" au milieu de tout ce "machin", elle provient d'elle. On sait également que la bg de service d'un blockbuster ne peut pas être nue, que ce soit partiellement ou non, c'est donc Andrea qui s'y colle. Enfin bref, peu importe si ce film est pleins de stéréotypes, il n'empêche qu'il m'a donné envie de me pencher plus sérieusement sur la filmo de la demoiselle, Shadow Dancer et le film de Madonna en tête. Bon après, honnêtement (et ce, sans nier le talent de l'actrice), je me suis fais la réflexion suivante: si son rôle paraît si réussit, n'est-ce pas seulement parce que c'est le seul à ressentir la moindre émotion, au milieu de tout cet emballage artificiel?

Et ce sera à peu près tout concernant les qualités du film, car ce que l'on peut principalement reproché à Kosinski, c'est le manque évident d'identité de son oeuvre. Kosinski pense que mettre de la musique toutes les trente secondes suffira à nous rendre heureux, et à insuffler un soupçon d'âme à son film, mais il fait fausse route. Il a le mérite d'aborder le sujet du "double", mais pas de chance, on a tous déjà vu Moon (et c'était pas le film du siècle pourtant ! ). Y a aussi tous pleins d'autres références, mais je préfère ne pas évoquer le sujet, je risque d'en oublier quelques unes. Vous allez rire, mais il y a même des gens qui ont pensé à 2001 en voyant Oblivion! Sérieusement, comment peut-on voir une once de 2001 dans ce truc pareil? L'insulte suprême.

******** Bon ok, l'oeil rouge des drones ne peuvent que rappeler HAL. Ma mauvaise foi me perdra. ********

Vous en voulez des références? La scène de la piscine au début du film - outre son aspect de pub pour parfum - m'a surtout rappelé la fin de Snatch, lors du combat final de Brad Pitt. Paye ta référence..

L'histoire d'Inception était bien plus intéressante MAIS, Cotillard est remplacée par Kurylenko (en supposant que Riseborough soit l'alter-ego de Page) . Verdict: on gagne au change.
Cependant, Oblivion est un mot qui signifie "oublie". Son avenir est donc déjà tracé.

Au bout du compte, Oblivion c'est un peu comme les pub du crédit agricole: c'est beau, bien foutu, et à l'arrivée on se pose la question suivante: tout ça pour ça ?!

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 1280 fois
26 apprécient · 1 n'apprécie pas

Autres actions de Le_Prophète Oblivion