👉 27 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Chef d’œuvre annoncé, nouvelle madeleine de Proust d’une génération de cinéphiles, le nouveau film de Tarantino s’impose déjà comme un chef d’œuvre d’une époque très pauvre en créativité cinématographique.

Avant de mentionner toute critique, on ne pourra nier de façon objective la véritable déclaration d’amour de Tarantino pour le Cinéma, sa minutie dans la retranscription d’une époque, son véritable travail effectué dans l’écriture ainsi que son effort notable dans l’élaboration d’une mise en scène différente et plus mature que celle de ses précédents films (sans oublier une superbe direction d’acteurs dans laquelle DiCaprio semble pour une fois capable de s’effacer derrière son personnage).

Seulement voilà, l’expression sincère d’une mélancolie n’ayant jamais été un gage de qualité cinématographique, Once Upon a Time in Hollywood s’impose comme une nouvelle expression de l’univers mental purement abstraite de son auteur : celle d’une mise en scène d’un simulacre des sixties, d’un brossage de poil caractérisé du spectateur dans ce qui constitue sa potentielle culture cinéphilique, d’une appropriation de personnes ayant réellement existé (mention spéciale à l’évocation totalement méprisable d’un Bruce Lee comme demeuré totalement grotesque) comme reproductions de motifs accouchant d’une pauvreté thématique…

Film purement abstrait, Once Upon a Time in Hollwyood aborde l’immonde lorsque son auteur se permet de réécrire l’Histoire

(l’aspect révisionniste de Tarantino n’ayant jamais été caché, ce dernier cependant dépasse une nouvelle couche lorsqu’il se permet la négation de l’une des plus grandes boucheries de l’Histoire d’Hollywood par simple désir d’exprimer la dimension féerique et symbolique de son amour cinématographique…)


Certains seront charmés, d’autres ne pourront être que « nostalgiques » de voir Tarantino, tête de proue d’une génération de cinéastes cinéphiles des années 90 (avec les frères Coen, Soderbergh ou encore Danny Boyle), véritable inventeur d’une forme cinématographique moderne avec ses magnifiques Réservoir Dogs et Pulp Fiction, se retrouver aujourd’hui comme membre partie prenante d’une meute nostalgique d’un âge d’or hollywoodien, accouchant d’une œuvre se voulant celle d’une déclaration d’amour au Cinéma mais se retrouvant malgré elle comme un cirage de pompe de l’industrie Hollywoodienne (ce qui ne manquera certainement pas à l’ancien protégé d’Harvey Weinstein de recevoir des fameuses statuettes dorées d’ici le début d’année prochaine…)

Le dernier film de Tarantino est bel et bien le film somme de la filmographie de son auteur : le film d’un cinéphile, d'un véritable virtuose de la mise en scène à l’écriture superbe, mais malheureusement incapable d’aborder le réel…

Wirn
5
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à sa liste Le Cinéma est mort - Canal B

il y a 3 ans

54 j'aime

82 commentaires

Once Upon a Time... in Hollywood
Zeldafan70
4

What's the point ?

Telle est la question que je me suis posé lorsque le générique de fin a débuté et que les lumières du cinéma se sont rallumées. Une ode au cinéma des années 1970 ? Un éloge empli de mélancolie à ces...

Lire la critique

il y a 3 ans

292 j'aime

35

Once Upon a Time... in Hollywood
Larrière_Cuisine
5

[Ciné Club Sandwich] Trois films offerts pour le prix d'un.

DISCLAIMER : La note de 5 est une note par défaut, une note "neutre". Nous mettons la même note à tous les films car nous ne sommes pas forcément favorable à un système de notation. Seule la critique...

Lire la critique

il y a 3 ans

169 j'aime

24

Once Upon a Time... in Hollywood
Vincent_Ruozzi
8

The nice guys

Il y a cinquante ans, durant le mois d'août 69, trois membres de ce qui fut par la suite baptisée la "Famille Manson" pénètrent dans la maison de Roman Polanski à Los Angeles et assassinent sa...

Lire la critique

il y a 3 ans

137 j'aime

12

Il était une fois dans l'Ouest
Wirn
10

Le Western comme dernier western…

Tournée en 1968, soit la même année que 2001 l’Odyssée de l’Espace, ce film devait être pour Leone, après sa Trilogie du dollar, la promesse de la Paramount pour la réalisation du projet qui lui...

Lire la critique

il y a 4 ans

40 j'aime

21

Les Frères Sisters
Wirn
3

Bienvenue chez les Ricains !

Très peu présent dernièrement dans les salles obscures tant l’offre contemporaines des productions cinématographiques me donnent un intérêt assez inexistant, c’est avec un fort a priori négatif que...

Lire la critique

il y a 3 ans

39 j'aime

29

Taxi Driver
Wirn
10
Taxi Driver

Journal intime d'un homme moderne

A la fin des années 60, l’orée du Nouvel Hollywood a vue imposer la déferlante de thématiques jusqu’ici soumises aux codes moraux d’une Amérique puritaine et soucieuse de sa propre image. Avec cette...

Lire la critique

il y a 3 ans

37 j'aime

18