California Dreamin'

Avis sur Once Upon a Time... in Hollywood

Avatar alsacienparisien
Critique publiée par le

J'ai pas vu un chef-d'oeuvre. Mais je me suis pas non plus ennuyé. En fait, le neuvième film de Quentin Tarantino, qui semble mettre tout le monde en émoi, m'a diverti sans jamais m'emballer à fond. Pourtant, il faut avouer que dérouler une histoire sur 2h40 de temps n'est pas donner à tous les réalisateurs. Il dresse ici le panorama d'un Hollywood flamboyant, à l'aube d'une période de crainte et de terreur. Un côté presque contemplatif s'installe... Il ressasse des souvenirs d'enfance, rend hommage à son genre de prédilection et reconstitue une époque révolue et en pleine effervescence. On ressent ce soucis du détail dans la rencontre de ses personnages fictifs avec les personnages réels ; Tarantino reconstitue alors sa propre réalité, avec toute la folie extrême qui lui est propre. Dans cette plongée au coeur du quotidien de Rick Dalton et de son cascadeur, une certaine mélancolie se profile, donnant un grain particulier à Once upon a time... in Hollywood. En tant que spectateur, on est comme immergé dans le cadre, aux côtés des personnages, que ce soit via les nombreuses scènes de voiture confinées ou dans les longues scènes de western où Rick Dalton tente tant bien que mal de préserver de sa splendeur. Dans cette fiction où trois portraits d'acteurs sont représentées (celui qui manque de confiance en soi mais qui a un talent certain, le résigné qui se contente d'être cascadeur, et la star de cinéma montante), Tarantino glisse lentement son film vers une réalité dure avec suspense et mystère. En effet, on ignore son point de vue sur l'affaire Sharon Tate et par son final, il apporte toute la pâte qui nous manquait au démarrage. Malheureusement, ça ne fait pas tout l'intérêt ni le génie de ce film qui se trouve être bien différent de ses autres réalisations. Leonardo DiCaprio est brillant dans ce personnage tourmenté en pleine remise en question, le personnage de Brad Pitt est bien plus fun qu'on ne pense à premier abord et Margot Robbie est... une potiche dans ce film et c'est sans doute ma plus grosse déception ! Les flash-backs, assez lourds, déconstruisent la rythmique globale du film et les très nombreux personnages secondaires, campés par des acteurs connus pour la plupart, ne font que passer pour édulcorer le joli paysage hollywoodien dressé par Tarantino. On retrouve son humour aussi, son ton provocant, sa violence. Il offre à voir une oeuvre cinématographique imposante mais pas des plus mémorables. D'un côté, son cinéma se renouvelle, ce qui est une bonne chose, mais d'un autre côté, cette déclaration d'amour tend plus vers l'anecdote que vers l'étonnement d'un chef-d'oeuvre...

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 180 fois
1 apprécie

Autres actions de alsacienparisien Once Upon a Time... in Hollywood