👉 On vous partage notre 1er bilan de la nouvelle version de SensCritique.
Continuez à suivre l'avancée du site sur journal de bord.

Après Drive et une reconnaissance internationale, Nicolas Winding Refn était attendu au tournant pour son nouveau film avec une fois encore le talentueux Ryan Gosling. Hué à Cannes lors de sa présentation et injustement présenté comme un nouveau Drive, Only God Forgives vaut pourtant le détour et montre que son réalisateur a su peaufiner son œuvre pour en tirer le meilleur.

L’histoire est simple, comme dans tous les films du danois et son attrait pour la violence crue est toujours présent. Soit l’histoire d’un jeune anglais narcotrafiquant en Thaïlande et de son frère rapidement assassiné par un policier aux méthodes expéditives. Dès lors la mère envahissante, castratrice arrive pour venger la mort de son ainé et l’on découvre la relation si ambiguë des deux dans un Bangkok la nuit, antre de la boxe et des prostituées. Qu’on ne s’attende pas à plus tant c’est la psychologie qui prime ici, pas de braquages, pas de courses poursuites en voiture mais simplement le traitement par l’image de la vie de ce personnage plein de doutes.

En cela, le film est une réussite et nous donne un aperçu de ce que peut ressentir Julian (Ryan Gosling) vis-à-vis des récents évènements et de sa mère. A travers des scènes d’une violence inouïe, autant physique que psychologique, Winding Refn nous mène doucement vers la conclusion sanglante de son film. Comme il l’avait déjà fait avec son Guerrier Silencieux, ici nul besoin de dialogues ouverts pour se faire une idée précise de la situation. La photographie magnifique nous mène à travers le dédale des rues le soir et nous met face à ce que nous redoutons tant et ce pourquoi le réalisateur a une réelle fascination : la violence.

Pourtant, si les images sont parfaites et font même plus penser à un exercice de style, la qualité de l’interprétation est également à souligner. Kristin Scott Thomas et Ryan Gosling se renvoient la balle pour toujours plus impressionner le spectateur béat. L’analyse de la relation se fait d’elle-même, sans qu’il soit besoin d’en préciser les atours dans cette critique et on peut vraiment apprécier cette facilité à détourner les personnages, plus profonds qu’il pourrait y paraître. Tour à tour incestueuse, humiliante, destructrice et vengeresse cette relation entre les personnages se termine finalement par l’explosion du fils qui fait face à sa mère et reprend sa dignité lors de la pénétration de son corps. Jusqu’à l’acceptation du rôle de chacun, à la fois grandiose et simpliste, le film nous aura menés vers une fin qu’on peut prédire sans s’en offusquer.

1h30 de film pour un demi-rêve, un résultat plus que satisfaisant, Only God Forgives satisfait en cela qu’il est fidèle à l’œuvre de son réalisateur. A mi chemin entre Valhalla Rising et Bronson, il est en quelque sorte une somme de tout ce qui fait le cinéma de Winding Refn. Le film est dur mais oblige à un second visionnage, afin de se détacher un peu plus de la psychologie des personnages pour mieux apprécier la direction de la photographie à l’œuvre. On espère beaucoup de la suite avec pourquoi pas une nouvelle collaboration entre les deux hommes à l’origine du projet.
Carlit0
8
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à sa liste Les plus belles claques esthétiques

il y a 9 ans

4 j'aime

Only God Forgives
real_folk_blues
8

Thaî, glande, et Ryan erre.

Only God Forgives n’est pas un bon film. N’allez pas croire que vous verrez Drive, pauvres naïfs. N’allez pas espérer que Fight Club se soit payé un lifting, pauvres consommateurs. Ne supputez point...

Lire la critique

il y a 9 ans

148 j'aime

33

Only God Forgives
Anyo
8

Le langage du silence

Le cinéma est un art Visuel et Auditif. Notre cher réalisateur Danois acquiesce et nous livre une oeuvre à la facture audio-visuelle irréprochable. "Only God Forgives" rejoint "Samsara" et "The...

Lire la critique

il y a 9 ans

136 j'aime

11

Only God Forgives
Gand-Alf
6

... Et l'enfer le suivait.

Pour avoir une idée de mon expression dépitée à la sortie de ma séance de "Only god forgives", je vous invite à vous poster devant un miroir et de vous observez en train de diviser 1356, 876543 par...

Lire la critique

il y a 9 ans

129 j'aime

13

Holy Motors
Carlit0
2
Holy Motors

Monsieur Merde

Depuis Cannes, à peu près toutes les critiques vantent les mérites d'un réalisateur de retour après onze années d'absence des plateaux de tournage : Leos Carax. Scandale totale dans la presse,...

Lire la critique

il y a 10 ans

27 j'aime

24

Jules et Jim
Carlit0
3
Jules et Jim

Jeanne Moreau, ses plans culs, son égoïsme et le reste du monde

Je ne connais que très peu l'œuvre de François Truffaut et si les 400 coups m'a véritablement emballé, l'homme qui aimait les femmes a été un grande déception. Et quand tout le monde m'a parlé de...

Lire la critique

il y a 10 ans

25 j'aime

Les Anges déchus
Carlit0
9

Les amours impossibles

Se plonger dans le cinéma asiatique, c’est a priori, devoir découvrir plus en profondeur l’œuvre de l’un de ses maîtres : Wong Kar Wai. Car si In the Mood for Love est magistral, emplie d’une beauté...

Lire la critique

il y a 9 ans

20 j'aime

8