Poudre aux yeux aveuglante

Avis sur Only God Forgives

Avatar Batowski Jr.
Critique publiée par le

Il faut accorder à Only god forgives un grand mérite, il nous apprend une leçon essentielle sur l'art de la réalisation cinématographique : une esthétique marquée gratinée d'une musique lunaire ne suffit pas à faire un film subversif ou mystérieux. Et encore moins d'en faire un film correct. Refn tombe dans le panneau, ou plutôt dans le trou devrais-je dire, car sa réalisation est d'un vide intersidéral.
Et pour cause, à l'image de Ryan Gosling dedans, c'est un film mutique. Il ne dit au final rien sur rien, ne prenant même pas la peine de mettre en abîme ses personnages au profit d'une quelconque profondeur psychologique essentielle à la compréhension du scénario morcelé. Le réalisateur se contente de poser çà et là les éléments narratifs - plouf ! les deux antagonistes se retrouvent sur le ring - en les fardant d'un voile tamisé sensé duper le spectateur sur l'inanité de sa construction. Car on ne comprend pas la nature de ce que l'on visionne : un thriller sans mystère ou bien une fable sans métaphysique ? N'en reste que des spectres aux traits grossiers frisant le ridicule dans leur manière farouche de se tourner vainement autour.
Certes, il faut reconnaître la recherche esthétique de Refn qui maîtrise inconditionnellement les jeux d'éclairages et d'ombre. Les néons rouges accordent aux sérails thaïlandais un doux mystère mâtiné d'érotisme qui convient parfaitement à l'imaginaire soulevé par le récit. Tout comme la musique, lunaire et captivante, vient sublimer certaines scènes violentes dont l'intérêt ne se trouve assurément pas dans les gestes effectués. Mais en dehors de cette poudre aux yeux, l'ensemble de la réalisation s'apparente aux filles qui y figurent ; nues et désemparées faute d'avoir des bases solides sur lesquelles s'appuyer.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 82 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de Batowski Jr. Only God Forgives