Dans la peau d'un autre.

Avis sur Opération diabolique

Avatar Boubakar
Critique publiée par le

Lassé de sa vie, un banquier décide de changer totalement d'apparence, pour devenir un peintre. Mais cette nouvelle existence ne lui convient pas...
En 1966, il est évident que Seconds devait être un film qui détonait dans le paysage cinématographique, ne serait-ce que par son image très particulière, faite avec des objectifs déformants ou ce générique de Saul Bass, lui aussi avec des images déformées, qui simulent la folie. Car il est question de ça dans le film, qui reste opaque, où la psyché du nouveau personnage que sera Rock Hudson est sacrément troublée, avec une existence qu'il ne voulait pas en fin de compte. C'est ainsi qu'on peut parler du film, que j'a trouvé très intéressant, avec une superbe musique de Jerry Goldsmith, mais qui est entaché par quelques longueurs, notamment une scène de bacchanale qui sonne comme gratuite, et représentative de son époque. Or, aujourd'hui, elle parait ridicule à voir des gens se batifoler nus dans un tonneau à se badigeonner de grappes de raisins.

C'est aussi le fait que .... tout ça pour ça ? Car le film parle constamment du libre arbitre, du choix de nos vies, et qui est appliquée ici un peu lourdement dans le propos ; à la dixième crise de folie de Rock Hudson, on a compris. Pourtant, l'acteur y est excellent, dans un rôle qui semblait résonner entre ce qu'il dégageait et ce qu'il était vraiment. Soulignons aussi la photo de James Wong Howe, qui est également importante, dans ce que noir et blanc dégage pour l'ambiance du film.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 121 fois
2 apprécient

Autres actions de Boubakar Opération diabolique