Le degré zéro du twist

Avis sur Oppression

Avatar SpiderVelvet
Critique publiée par le

Quand on me dit que le film oppression était sur la liste noire des meilleurs scénarios de 2012, et qu'il a du attendre 2016 pour etre adapté à l'écran par un réalisateur, je me demande si on se fout pas un peu de moi.

Oppression, malgré un pitch de départ et une bande annonce alléchante, n'est rien d'autre qu'un gros flop. Pourtant, c'était tellement bien parti, Naomi watts se débrouille bien dans les thriller psychologiques mais hélas, le twist m'a tellement déçu que j'ai meme pas regardé les 30 dernières minutes, ou du moins en accéléré.

Ce film nous raconte l'histoire de Mary, une psychiatre pour enfant, qui à la suite d'une dispute, va perdre son mari dans un accident tragique et son beau fils va se retrouver paralysé. 6 mois plus tard, elle s'occupe de son beau fils paralysé et d'un enfant autiste, qui va mystérieusement disparaître. Elle va alors commencer à se sentir oppressée, avec de profondes terreurs nocturnes et des hallucinations...

Et viens le twist, assez rapide, qui vient plomber le film... Spoilers en route, attention.

Il est évident que dans ce genre de film, la facilité serait de faire que oh la la, le fils n'est pas vraiment paralysé, et que c'est lui à l'origine de tous les maux. Et bien c'est le cas. Et c'est profondément nul. Le gentil beau fils a donc pris plaisir à faire semblant d'être paralysé, parce que il aime se faire nourrir et laver par une jolie quinquagénaire blonde à longueur de journée. L'arrivée du jeune garçon autiste l'a rendu jaloux et il a décidé de le séquestrer, et de droguer sa belle mère adoptive avec des anti dépresseurs, pour qu'elle fasse des terreurs nocturnes. Tout en trompant les médecins pendant des mois. S'ensuit une course poursuite marteau à la main du beau fils qui veut absolument tuer le jeune autiste, et qui finira tué par sa belle maman, assomé dans un lac gelé. Ça vous rappelle pas quelque chose ? Moi ça me rappelle totalement le film Esther. Qui est dix fois mieux que ce film en passant. Happy ending, naomi watts adopte le petit autiste.

Ce film est du déjà vu, sans aucune surprise alors qu'il avait tellement de potentiel. Tellement. Dommage.

Ça reste néanmoins un film convenable.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 336 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de SpiderVelvet Oppression