👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Le final de « 2001 : a space odyssey » semblait annoncer une perspective grandiose pour l'humanité ; l'avènement d'une nouvelle évolution de l'Homme, voire du fameux Surhomme de Nietzsche. Mais dès sa scène d'ouverture, « A clockwork orange » diverge nettement quant à sa conception de l'avenir de l'humanité. Le jeune Alex, confortablement assis dans un bar au design douteux et psychédélique, se fondant parfaitement dans le décor, boit tranquillement un lait dénaturé. Son regard, à la fois terrifiant et hypnotique, préfigure les séquences à venir ; des scènes de pure violence gratuite, sadiques et perverses à l'extrême … et pourtant terriblement jubilatoires. C'est sans doute le premier grand exploit que réussit Stanley Kubrick avec ce film ; réaliser des séquences d'une l'ampleur provocatrice inédite à l'époque, répulsives et attrayantes à la fois. Par une symbiose hallucinante entre la grandiose mise en scène et la musique divine, les combats font figures d'opéras virtuoses, l'abject devient esthétique, et les spectateurs se font complices d'Alex (l'appellation baudelairienne « Ô mes frères » n'est pas un hasard). Le Maître met brillamment en évidence qu'en chacun d'eux se trouve un voyeur, un tortionnaire ... un Alex.

Le deuxième grand exploit, c'est qu'il est parvenu à faire d'« A clockwork orange » un conte philosophique moderne aussi visionnaire qu'intemporel. Le film (comme le tout aussi génial roman d'Anthony Burgess) met déjà en scène l'inévitable montée de la délinquance juvénile, l'agonie du système carcéral ou encore l'affrontement sans fin entre une droite et une gauche aussi perfides et manipulatrices l'une que l'autre. Par ailleurs, il est l'occasion pour le cinéaste de traiter de l'éternelle question du libre-arbitre, du conditionnement de l'homme par la société qu'il a créée et, une fois de plus, du véritable visage de la nature humaine ...

Ce qu'il y a en définitive de plus fort avec cette œuvre, c'est que tout est montré avec une telle évidence et une telle puissance (de façon à ce que le spectateur lui même participe à la démonstration), que ça en devient terrifiant. Et comble de la noirceur et du pessimisme ; le Surhomme nietzschéen pour Kubrick, au-delà de toutes les valeurs, c'est peut être Alex.
Trelkovsky-
9
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur et l'a ajouté à ses listes Une année, un film, Stanley Kubrick et Les meilleurs films de Stanley Kubrick

il y a 10 ans

12 j'aime

Orange mécanique
Grard_Rocher
9

Critique de Orange mécanique par Gérard_Rocher

[L'histoire se déroule en Angleterre dans un futur proche. Alex Delarge est un jeune homme peu fréquentable et fou de Beethoven. Le malheur est que la violence, le sexe l'obsèdent autant que sa...

Lire la critique

il y a 8 ans

128 j'aime

29

Orange mécanique
Wakapou
9

Critique de Orange mécanique par Wakapou

Il y aurait deux façons, ainsi, d'apprivoiser la terrible fresque que nous dépeint ici le génie d'un Kubrick. Si "Orange Mécanique" se réduit bien au contrepied d'une Angleterre des années 70,...

Lire la critique

il y a 11 ans

100 j'aime

6

Orange mécanique
Sergent_Pepper
7

Glandeurs et décadence.

2001 s’ouvrait sur un écran noir : c’est pour le rouge qu’opte Orange mécanique. Dans la filmographie si hétérogène de Kubrick, Orange mécanique n’est pas un film aimable. Son ton, son propos et son...

Lire la critique

il y a 8 ans

95 j'aime

7

Le Désert rouge
Trelkovsky-
10

Le vertige selon Antonioni

Pour Michelangelo Antonioni, "Le désert rouge" est un changement : il s'agit en effet de son premier film en couleur, un pas en avant vers une nouvelle modernité cinématographique et donc vers un...

Lire la critique

il y a 10 ans

34 j'aime

5

Django Unchained
Trelkovsky-
5

À tout vouloir justifier ... (spoilers)

Depuis quelques films déjà, Tarantino a comme un besoin de légitimer la violence qu'il filme. Bien sûr, dans les grandiloquents « Kill Bill », l'histoire de vengeance n'était qu'un simple...

Lire la critique

il y a 9 ans

33 j'aime

7

Le Tableau
Trelkovsky-
3
Le Tableau

Pour être comme tout le monde ...

Dès le début, le film affiche clairement son postulat : les pauvres gentils et les méchants riches. Dès le début, le réalisateur/moralisateur lance un propos très édifiant à son jeune spectateur :...

Lire la critique

il y a 10 ans

24 j'aime

4