👉 On vous partage notre 1er bilan de la nouvelle version de SensCritique.
Continuez à suivre l'avancée du site sur journal de bord.

Je n'ai pas de jeu de mot ni de référence intelligente à faire pour le titre de cette critique

Qu'un tel film ai eu la Palme d'or m'est incompréhensible. Enfin si, je le comprend, ça vient d'une fascination de l'époque pour l'exotisme, pour un regard d'Occidental (le film étant réalisé par un français) sur une culture inconnue de là-bas. Comprenez, les couleurs, les vêtements, la reconstitution du carnaval, c'est "authentique", ça dépayse. Car si le film fait parfois preuve de tendresse envers ses personnages, la plupart du temps il s'agit avant tout de montrer les favelas sous un jour festif, de carte postale mouvante presque, en occultant totalement la pauvreté qui y règne. Comprenez-moi bien, le problème n'est pas qu'elle n'est pas montrée, c'est qu'elle ne semble pas exister.

Cette Palme est il est vrai sûrement aussi due à l'aspect "naturaliste" du film, interprété par des acteurs peu connus et du pays, voire quelque part dans un désir de progression contre le racisme. Et puis, forcément, c'est aussi dû à l'originalité de la transposition du mythe d'Orphée dans ce contexte social et réaliste, à son aspect poétique. A vrai dire, je me dois de là aussi m'opposer à cette soit-disant réussite : la poésie du film ne fonctionne vraiment qu'à la fin, à partir de la mort, annoncée de base si on connait le mythe, d'Eurydice. Mort par ailleurs ridicule, car c'est Orphée lui-même qui en est responsable par accident électrique (sans jamais réfléchir à sa responsabilité, preuve supplémentaire de l'égoïsme du personnage, mais j'y reviendrai plus tard).

Mais à part cette mort, il faut bien être sincère : la fin est superbe et vaut quasiment tous mes points à ce film. On y retrouve enfin un vrai lyrisme qui rassemble majestueusement la force du théâtre, du cinéma et du portrait bienveillant mais réaliste des favelas brésiliennes. Une telle réussite des 20 dernières minutes est même surprenante tant elle dénote avec le ridicule de ce qui la précède. Car oui, entre l'histoire d'amour instantanée auquel je n'ai pas cru une seconde (certes il s'agit de la transposition d'une histoire mythologique, mais ça n'en reste pas moins un film, avec des personnages qui ont une vraie présence issue de la réalité, y compris dramatique), les notes d'humour volontaires mais sexistes, et les notes d'humour involontaires entraînées par le personnage de la mort (qui se bat comme les personnages de Tekken, et c'est véridique, j'ai reconnu un move), Orfeu Negro est souvent ridicule.

Et parlons-en tiens, du sexisme. C'est je pense, au-delà de tout contexte dont je me fous (car un tel sexisme aurait été remarqué aujourd'hui, donc aucune raison que je ne le remarque pas pour celui-ci, classique ou non), un des films les plus sexistes que j'ai pu voir. Sérieusement, il y en a une nouvelle preuve toutes les 30 secondes pendant les 2/3 du film, et ça concerne tous les personnages y compris Orphée (qui est, au demeurant, un personnage méprisable, alors que le film passe son temps à le magnifier).

C'est même incroyable car sans le faire exprès et par un concours de circonstance fortuit, en intégrant le mythe d'Orphée à une reconstitution globalement sociale, le film en fait même presque l'apologie : l'héroïne arrive au Brésil et se sent agressée par tous ses hommes qui la sifflent et tentent de danser avec elle, puis on apprend plus tard qu'en fait c'est parce que de là où elle vient, un homme (la mort en fait) n'arrête pas de la suivre pour vraisemblablement la tuer. Mais visiblement, ici, les hommes ne font ça que pour coucher avec elle, donc elle n'a rien à craindre. Je précise que je cite quasiment noir sur blanc ce qui est dit par les personnages. Et sans atteindre cet exemple criant, la majorité du film reste dans cet acabit.

D'autres critiques sauront bien mieux que moi vanter les mérites (bien minces à mon sens) du film, mais voilà, je ne pouvais pas laisser la fiche de ce film sans mention de ces défauts nulle part. Ce qui me laisse franchement perplexe, mais soit, au moins c'est fait.

Orfeu Negro
Antofisherb
4
Orfeu Negro

Je n'ai pas de jeu de mot ni de référence intelligente à faire pour le titre de cette critique

Qu'un tel film ai eu la Palme d'or m'est incompréhensible. Enfin si, je le comprend, ça vient d'une fascination de l'époque pour l'exotisme, pour un regard d'Occidental (le film étant réalisé par un...

Lire la critique

il y a 6 ans

5 j'aime

4

Orfeu Negro
socrate
7
Orfeu Negro

Une joyeuse tragédie

J'ai toujours été fasciné par le mythe d'Orphée et voilà que je découvre ce film qui revisite la légende, mais dans le cadre pour le moins exotique de Rio ! J'ai été, sur ce point, un peu déçu, dans...

Lire la critique

il y a 10 ans

4 j'aime

3

Orfeu Negro
Elg
7
Orfeu Negro

Amour et mort carnavalesques

Certains films méritent d’être remis dans leur contexte pour que l’on puisse en mesurer l’impact. C’est le cas d’Orfeu negro récipiendaire de la palme d’Or à Cannes en 1959 devant Les quatre cents...

Lire la critique

il y a 3 ans

3 j'aime

Les 8 Salopards
Antofisherb
7

Red Rock Redemption

Edit : publiée à l'origine en 2015, cette critique correspond à mon avis de l'époque c'est-à-dire à une note de 4/10. Je l'ai revu une seconde fois en 2020, et depuis ma note est passée à 7. Je...

Lire la critique

il y a 6 ans

129 j'aime

22

Victoria
Antofisherb
8
Victoria

A bout de vie

Mon amour du plan-séquence ne date pas d'hier. Souvent virtuose, toujours impressionnant, c'est parmi ce que je trouve de plus beau au cinéma, par sa technique démonstrative certes mais surtout pour...

Lire la critique

il y a 7 ans

77 j'aime

15

The Square
Antofisherb
8
The Square

Pour une défense de la Palme d'Or

Dimanche dernier, la prestigieuse Palme d’Or du Festival de Cannes a été délivrée à The Square, du suédois Ruben Östlund. Un film adoré par les uns et conspué par les autres, comme rarement une Palme...

Lire la critique

il y a 5 ans

63 j'aime

10