Quand le Western de l'espace rencontre Descartes

Avis sur Outland... loin de la terre

Avatar JCGVannier
Critique publiée par le

Outland est un film est un peu mou. Certains effets ont mal vieilli et je trouve que parfois, le manque de moyen se fait ressentir. Seulement voilà, avec Outland, on sent une vraie envie de faire la science-fiction ainsi que de réelles intentions en termes de morale et de message. Cette critique s'intéresse à ces deux aspects.

D'abord l'amour de l'espace. Si le scénario pouvait très bien prendre place en tout temps et en tous lieux, le choix d'une colonie minière proche de Jupiter force à certaines contraintes dont il aurait plus être facile de s'affranchir. Mouvements plus lents, impacts faibles, chutes ralenties, etc. Mais non ! Contrairement à tout un tas de film, dans Outland, lorsque l'on sort de la base, nos mouvements et actions sont soumis à un gravité différente. Et malgré quelques effets un peu gore à la fisure d'une civière ou d'une autre (coucou Total Recall) je suis intimement persuadé que ces effets ont été introduit pour servir l'environnement et non l'inverse. Alors, loin de moi l'idée d'avancer que l'interprétation de la physique dans ce film est parfaite, mais je souligne que pour sortir un film comme celui-ci, il fallait avant tout être mordu de SF.

Ensuite, le message que je trouve très politique même si discret. Vous vivez dans une société où le nombre d'individu est restreint, avec ses propres codes et ses propres règles. Tout organisme régisseur est si loin que son emprise sur votre milieu et négligeable et l'on se prend à penser dès le début du film que M. le Space-Shérif-Connery a assez d'impact et de pouvoir pour influencer son milieu et la société dans laquelle il vit. Mais non ! (Décidément) Si chaque organe de votre groupuscule social est corrompu ainsi que les organes au-delà, alors, vous vous retrouvez dans un système verrouillé et vous n'avez d'autre choix que de vous soumettre ou périr.

Alors vous vous prenez à rêver d'ailleurs. Peut-être que les innombrables autres colonies du système sont différentes. Après tout, chaque groupuscule étant composé d'individus différents, ils devraient empreinter des chemins différents, non ? Raté ! Vous découvrez que toutes les colonies fonctionnent de la même façon car l'humain est profondément corrompu. Ce n'est pas un hasard si vous avez été promu sur une colonie du fond de l'espace. Vous avez été choisi car vous ne valez aps mieux que les vendus sur place. Vous céderez, accepterez votre pot de vin et laisserez faire. C'est là que le questionnement du film est fort. Le personnage de Sean Connery est en proie à une lutte à laquelle nous sommes tous sujets : Qu'est-ce que je veux vraiment faire conter cette société injuste et sans scrupule ? Suis-je libre de faire ce dont j'ai envie ou bien vais-je faire gentiment ce que l'on attend de moi ? Après tout, si tout le monde fait comme ça. Même les gens que vous voulez protéger s'en foutent... Pourquoi mourir ? Pourquoi ne pas garder ses convictions pour soi et voir plus tard ?

Alors voilà, Descartes ? John Wayne ? A vous de voir. Pour ma part, j'ai pu en tirer une belle morale, même si l'action n'était pas trop en rendez-vous, grâce à une belle phrase de l'un de ces deux grands penseurs : "La vie est dure, c'est plus difficile si tu es stupide".

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 16 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de JCGVannier Outland... loin de la terre