👉 On vous partage notre 1er bilan de la nouvelle version de SensCritique.
Continuez à suivre l'avancée du site sur journal de bord.

Un petit ours débonnaire dans un film drôle et optimiste

Je comprends mieux pourquoi nos voisins britanniques ont une affection si particulière pour Paddington.Ce petit ours péruvien et déraciné qui débarque à Londres a déjà un regard naïf mais pas tant que ça sur leurs us et coutumes. Elevé dans les clichés les plus marqués de l'idéal anglo-saxon ( la marmelade d'orange,les bonnes manières), le petit ourson va aussi réaliser que ce pays est bien autre chose et qu'il peut être bien plus grâce à la rencontre de la famille Brown. La marque de fabrique de Paddington,c'est aussi d'insister sur le décalage entre le monde animal et le monde humain. C'est ainsi que l'ourson devient gaffeur,un éléphant dans un magasin de porcelaines comme on dit , car son appréhension des choses n'est forcément pas la même que sa famille d'accueil. En découle des scènes de catastrophes et de péripéties trés drôles qui réjouissent les enfants et incitent les adultes à retrouver leurs parts d'enfance.
Un autre bon point de Paddington, c'est aussi la voix de Guillaume Gallienne qui permet de bien dégager la variété d'émotions de ce petit ours tour à tour gai,triste,décidé,philosophe. Le comédien s'en donne à coeur joie sans surjouer. Le casting hétéroclite laisse également la place à des acteurs british maison ( Sally Hawkins toujours aussi lumineuse) comme à une star internationale ( Nicole Kidman qui n'a rien à envier à Glenn Close dans les 101 Dalmatiens).
L'intérêt de cette version cinématographique de Paddington est qu'elle n'est aussi ni trop mièvre ni trop morale. Cela permet des moments de récréation, d'émotions.Tout cela étant enrobé dans un bon timing qui fait qu'on ne s'ennuie pas une seconde. Paddington, sous ses airs de ne pas en faire cas, est également un conte initiatique sur la place de l'étranger dans la société, la confiance et l'appréhension de son prochain. En ne faisant pas de l'ours Paddington un porteur trop ostentatoire de messages, Paul King réussit donc à les faire passer trés habilement. C'est donc un film idéal pour se ressourcer,croire l'espace d'instants à un monde plus joli et repartir avec la joie de vivre.Nous en avons bien besoin actuellement,pour sûr!
Specliseur
7
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à sa liste Mes toiles 2014 (suite liste Locke)

il y a 7 ans

20 j'aime

3 commentaires

Paddington
Mathieu_Aleins
10
Paddington

Peu importe qu'il soit d'une autre espèce ou qu'il soit accro à la marmelade, j'aime Paddington

Vu en avant-première dans mon cinéma CGR. Je veux témoigner un véritable hymne au cinéma que j'aime à travers une critique de Paddington en rendant hommage aux films de 2014 qui ont marqué ma vie...

Lire la critique

il y a 7 ans

20 j'aime

Paddington
Moizi
7
Paddington

Toi aussi accueille un migrant

Je ne connaissais ni Paddington, ni son histoire, mais visiblement les anglais aiment bien le personnage. En voyant le film je comprends pourquoi. Si nous avons clairement un film pour enfants, avec...

Lire la critique

il y a 2 ans

13 j'aime

Paddington
EricDebarnot
5
Paddington

Un plaidoyer en faveur de l'accueil des migrants. Ou pas.

S'il ne datait pas de déjà près de deux ans, il serait tentant de lire l'histoire de "Paddington" comme un plaidoyer humaniste en faveur de l'accueil des migrants : voici un "réfugié climatique"...

Lire la critique

il y a 5 ans

10 j'aime

1

Eiffel
Specliseur
8
Eiffel

Un biopic alternatif remarquable

Ce qui marque d’entrée dans Eiffel est la qualité des scènes d’époque du côté de Bordeaux où de Paris. Martin Bourboulon effectue une mise en scène épatante où chaque détail compte. Les extérieurs de...

Lire la critique

il y a 7 mois

40 j'aime

Paddington
Specliseur
7
Paddington

Un petit ours débonnaire dans un film drôle et optimiste

Je comprends mieux pourquoi nos voisins britanniques ont une affection si particulière pour Paddington.Ce petit ours péruvien et déraciné qui débarque à Londres a déjà un regard naïf mais pas tant...

Lire la critique

il y a 7 ans

20 j'aime

3

Les Frères Sisters
Specliseur
5

Le western: pas un background pour Jacques Audiard

Quand j’ai lu,comme beaucoup de monde,que les Frères Sisters était une proposition de John C Reilly au réalisateur,j’ai commencé à avoir quelques doutes sur la nature de ce film pas véritablement...

Lire la critique

il y a 3 ans

19 j'aime