👉 17 juin : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Eastwood réalisateur est désormais parvenu à une stature similaire à celles des maitres qui l’ont fait naitre en tant qu’acteur. Un nouveau western sera forcément vu à l’aune des superbes opus précédents.
L’ouverture de Pale Rider, alternance entre la vie de la communauté et l’irruption des pillards cite ostensiblement Josey Wales, tandis que l’arrivée providentielle d’un personnage sans nom reprend la trame de l’Homme des Hautes Plaines. Le magnétisme entourant ce personnage taiseux et au charme ravageur rappelle autant ce dernier que Les Proies de Siegel, notamment dans l’amour intergénérationnel qu’il génère.
Le monde vu par Eastwood est toujours aussi sombre et violent. S’ajoutent aux thématiques habituelles (viol, exactions, pillages) de nouvelles préoccupations écologiques et libérales, bien dans l’air du temps des années 80. Ici, les chercheurs d’or mettent au point des méthodes qui dévastent littéralement les paysages et étouffent les individus qui refusent de leur céder leur parcelle. Le capitalisme a clairement pris le relai de la guerre, et s’inscrit lui aussi comme un violent pilier de l’Amérique naissante.
Pale Rider bénéfice indéniablement du savoir-faire d’Eastwood, son regard bienveillant sur les petites gens et les paysages, entre cette rue unique qu’on nomme ville et cette rivière asséchée de laquelle devrait surgir la fortune.
Il n’empêche que les procédés sont un peu plus grossiers qu’à l’accoutumée ; l’arrivée ostensiblement miraculeuse sur son cheval blanc, l’invincibilité du personnage ont tendance à mettre le récit sur des rails. Il viendra à bout de tous les oppresseurs, et la multiplication des agressions (la tentative de viol avortée in extremis, le géant brisant le rocher, etc…) devient assez laborieuse. Les combats sont fort bien filmés, à l’image du massacre final, jeu de cache-cache assez proche du cartoon, où le pasteur n’est jamais là où on l’attend. Limiter toutefois la résolution à une mise à mort généralisée avant de reprendre la route est assez réducteur ; un peu engoncé dans son mythe, Eastwood le déshumanise et transforme son film en un récit d’action un peu clinquant, d’autant plus regrettable lorsqu’on connait son talent pour traiter de la complexité humaine.

http://www.senscritique.com/liste/Cycle_Clint_Eastwood/685412
Sergent_Pepper
7
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à ses listes Nature, Psychologique, Western, Violence et Dénonciation

il y a 7 ans

45 j'aime

1 commentaire

Pale Rider, le cavalier solitaire
B_Jérémy
9

On ne fréquente pas sans s'infecter la couche du divin

J'ai enterré mon chien ici. Alors cette terre est sacrée. J'ai dit une prière. Après le raid. J'ai demandé un miracle. Il arrivera peut-être un jour. Ce jour-là, tu es arrivé. Je...

Lire la critique

il y a 2 ans

66 j'aime

41

Pale Rider, le cavalier solitaire
Sergent_Pepper
7

Gun of a preacher man.

Eastwood réalisateur est désormais parvenu à une stature similaire à celles des maitres qui l’ont fait naitre en tant qu’acteur. Un nouveau western sera forcément vu à l’aune des superbes opus...

Lire la critique

il y a 7 ans

45 j'aime

1

Pale Rider, le cavalier solitaire
Ugly
7

Le cadavre du western se ranime

Dans les années 70, le western s'est fait rare sur les écrans hollywoodiens, les Italiens avaient démystifié le genre, il avait été mis à toutes les sauces par d'autres pays, et la télévision...

Lire la critique

il y a 3 ans

32 j'aime

10

Lucy
Sergent_Pepper
1
Lucy

Les arcanes du blockbuster, chapitre 12.

Cantine d’EuropaCorp, dans la file le long du buffet à volonté. Et donc, il prend sa bagnole, se venge et les descend tous. - D’accord, Luc. Je lance la production. On a de toute façon l’accord...

Lire la critique

il y a 7 ans

710 j'aime

103

Once Upon a Time... in Hollywood
Sergent_Pepper
9

To leave and try in L.A.

Il y a là un savoureux paradoxe : le film le plus attendu de l’année, pierre angulaire de la production 2019 et climax du dernier Festival de Cannes, est un chant nostalgique d’une singulière...

Lire la critique

il y a 3 ans

648 j'aime

46

Her
Sergent_Pepper
8
Her

Vestiges de l’amour

La lumière qui baigne la majorité des plans de Her est rassurante. Les intérieurs sont clairs, les dégagements spacieux. Les écrans vastes et discrets, intégrés dans un mobilier pastel. Plus de...

Lire la critique

il y a 8 ans

578 j'aime

53