👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Algérie, années 1990. La chape islamiste s'abat sur le pays, qui bascule dans une guerre civile sanglante. Nedjma, jeune étudiante en littérature française, rêve de devenir styliste. Alors que les murs de la cité U se couvrent d'affiches vantant le hijab (saoudien ...) les croquis de la jeune héroïne mettent en valeur la féminité de ses modèles. Bravant les menaces de plus en plus précises, elle décide d'organiser un défilé de mode au sein même de sa cité universitaire.

On ne peut qu'être touché par cette réponse algérienne au fabuleux "Mustang"(2015) de la réalisatrice franco-turque Deniz Gamze Ergüven. Le courage de ces jeunes "papichas" (jeunes filles coquettes, en Algérien) face à l'extrémisme religieux (et au lâche renoncement de leurs jeunes amis de la bonne société) fait écho à la révolte des 5 soeurs "mustangs" turques devant les viols et les mariages forcés.

S'il n'égale pas son cousin turc, le premier film de la réalisatrice algérienne Mounia Meddour (présenté à Cannes et aux Oscars mais censuré en Algérie ...) mérite son César 2020 du premier film. Il est porté par l'énergie de ses jeunes interprètes.

A voir absolument.

Yves_946778
8
Écrit par

il y a 2 ans

Papicha
Nielk
9
Papicha

Critique de Papicha par Nielk

Les mustangs sont indomptables. Nedjma, 18 ans, étudiante, se faufile le soir à travers le grillage qui entoure sa cité universitaire. Elle rejoint une amie pour se rendre dans une discothèque huppée...

Lire la critique

il y a 2 ans

30 j'aime

6

Papicha
seb2046
7
Papicha

Entre us et coutures, la liberté secoue...

PAPICHA (15,8) (Mounia Meddour, ALG, 2019, 110min) : Percutant film contre l'obscurantisme algérien survenu entre 1991 et 2002 (la décennie noire), à travers le destin d'une jeune styliste de mode...

Lire la critique

il y a 2 ans

22 j'aime

7

Papicha
6nezfil
8
Papicha

Fière d'être algérienne

Papicha : à Alger, jeune femme drôle, jolie et libérée. Comme l'héroïne du premier long-métrage de Mounia Meddour, et aussi courageuse (inconsciente ?), obstinée et fragile. Dans la décennie noire de...

Lire la critique

il y a 3 ans

15 j'aime

3

La Dernière Légion
Yves_946778
3

Heureusement que c'était la dernière....

Prenez 2 comédiens confirmés probablement en délicatesse avec le fisc (Colin Firth, Ben Kingsley). Ajoutez quelques "gueules " qu'on a vues dans la série "Rome" (1) ou qu'on verra ensuite dans "GOT"...

Lire la critique

il y a 5 ans

4 j'aime

1

Une jeunesse dorée
Yves_946778
2

Nanar complet

Ma critique s'appuie sur la 1ère moitié du film: je n'ai pas pu aller plus loin. Si l'objectif de la réalisatrice était de faire partager l'ennui absolu de la jeunesse "Palace" de la fin des années...

Lire la critique

il y a 2 ans

1 j'aime

2

La Peau douce
Yves_946778
8

Critique de la lâcheté masculine

Un intellectuel quadragénaire tombe amoureux d'une jeune hôtesse de l'air. Mais la jeune femme trouvera-t-elle une place dans la vie bourgeoise de l'homme marié? Le veut-elle, d'ailleurs? Et lui,...

Lire la critique

il y a 27 jours