Surprenant comme une Palme d'Or

Avis sur Parasite

Avatar Paulissimo
Critique publiée par le

Ah, la Palme d’Or. Qu’est-ce que le Festival de Cannes aura bien pu primer cette année-là ? On s’attend toujours à être surpris par une Palme d’Or, et c’est réussi pour Parasite.

Le début du film est similaire à la précédente Palme d’Or, Une Affaire de Famille. Une famille vit dans un petit appartement, ils sont tous serrés et pauvres (dans un sous-sol, en l’occurrence). Mais très vite, le fils trouve une opportunité pour infiltrer la bourgeoisie, et intègre rapidement la sœur à son arnaque. La première partie du film est alors légère, rigolote, on s’attache à une famille un peu amorale sans être méchante. On se régale de voir nos quatre amis se féliciter de leur combine et en profiter, de les voir être heureux dans leur habitat miteux.
Puis arrive le twist central au milieu du film, où l’on découvre une situation un peu improbable avec cet homme caché dans le sous-sol. Dès lors, le film prend une tournure burlesque, voir fabuleuse. Beaucoup de scènes font rire par leur improbabilité.

Mais l’aspect humoristique ne doit pas cacher la maîtrise de ce film : Bong Joon-Ho épouse la maison des Park et l’utilise de toutes les manières dont on peut utiliser un lieu. Il s’en sert pour illustrer l’antagonisme de classe en la comparant au taudis de la famille pauvre ; c’est un lieu où s’exprime la vie de famille, mais aussi l’humour, l’horreur de l’homme vivant au sous-sol, le stress des scènes où les pauvres doivent se cacher, et le burlesque poussé aux limites de la raison -mais toujours dans le raisonnable- jusqu’à la scène de l’attaque pendant le barbecue déguisé.

On a eu tendance à oublier, pendant ces scènes rigolotes et ce rythme d’émotion, que le film se passe sur fond de lutte des classes. Et au moment où l’on a totalement oublié cet engagement discret, la poudre explose. C’est quand M.Park sent l’odeur du pauvre et en est dégoûté qu’il se fait poignarder par Ki-taek. Le discours du garçon à la fin pour essayer de sauver son père semble vouloir dire qu’il n’est pas d’autre moyen que la réussite financière.

Ce film reste digne d’une Palme d’Or : surprenant et témoin d’une réalisation parfaitement maîtrisée. Les acteurs, certes, mais surtout le lieu, dans sa beauté et sa richesse d’émotions sont très bien filmés et nous offrent quelques beaux plans. On a peut-être senti une baisse de rythme au cours du film, mais ça n’enlève rien à sa propreté artistique.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 705 fois
2 apprécient · 1 n'apprécie pas

Autres actions de Paulissimo Parasite