👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Une lutte des classes qui vire au vinaigre

Depuis Pulp Fiction, jamais une Palme d’Or n’avait autant surpris de par sa forme et son propos. Le réalisateur, Bong Joon-Ho,fait de Parasite, un film audacieux où une famille pauvre va infiltrer financièrement et psychologiquement une famille riche.Rien que ce postulat de départ est dingue car il prédispose le spectateur à voir cette manœuvre comme une survie sociale pas si dérangeante. Ensuite, le réalisateur renvoie le miroir peu flatteur sur les membres de la famille riche bien à son aise d’évoluer dans son univers d’ultra dépendance et assistance. Les codes intra-familiaux et sociaux des deux ensembles ne pouvant qu’entrer en collision et provoquer une lutte des classes virant au vinaigre.Ce qui advient naturellement. Par contre, là où le réalisateur fait mouche, c’est sur l’argument de la défense de l’acquis, quand la famille de Ki-Taek, se retrouve confrontée à l’ancienne gouvernante et à son secret.C’est là que la maison des Park devient un enjeu territorial et où la famille riche n’est plus qu’un élément du décor. Un moment fracassant l’équilibre et où la morale sociale n’a plus lieu d’être. En suggérant que l’appartenance à un milieu ne fait plus l’homme et que son animalité triomphe, Bong Joon-Ho n’a plus qu’à affûter son jeu de massacre. Et c’est cette dissonance particulière qui nous fait dire: jusqu’où va-t-il aller? Quelque part, j’estime que ce déchaînement des esprits et des événements laisse la part à un cinéma expressionniste ne se souciant pas d’établir une certaine mesure. Et c’est une limite, qui après une première heure virtuose, fait tomber le film dans la violence et qu’il est difficile de lui trouver un épilogue consistant. La force d’évocation retombée, Parasite s’embourbe un peu dans la façon de faire revenir à la réalité la famille pauvre empêtrée dans ses traumatismes et ses réflexes de base. Reste un exercice audacieux, irrévérencieux qu’on n’avait pas trop osé montré encore au cinéma ( mis au part dans la vie est un long fleuve tranquille de Chatillez entre autres) car la cohabitation sociale y est codifiée pour ne pas heurter les riches ou les plus défavorisés. Faire voler les conventions, c’est le pari réussi de Parasite.C’est aussi ce qui l’empêche de statuer avec tact tant le déferlement émotionnel à l’anniversaire du fils des Park,empêche toute rémission psychologique. Un état des lieux au final très noir et vertigineux.

Specliseur
6
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à sa liste Films 2020

il y a 2 ans

2 j'aime

Parasite
AnneSchneider
8
Parasite

La maison fait le moine...

La septième réalisation du monumental Bong Joon Ho est fréquemment présentée comme une critique acerbe des inégalités qui minent la société coréenne. La lutte, d’abord larvée et de plus en plus...

Lire la critique

il y a 3 ans

245 j'aime

37

Parasite
Vincent_Ruozzi
9
Parasite

D'un sous-sol l'autre

La palme d'or est bien plus qu'une simple récompense. C'est la consécration pour un réalisateur ainsi que pour le cinéma qu'il représente. Il faut voir les discours de ces derniers qui, émus, avouent...

Lire la critique

il y a 3 ans

226 j'aime

30

Parasite
Velvetman
8
Parasite

Home Invasion

Parasite de Bong Joon-Ho est un puzzle démoniaque, abrasif, violent, qui fait chavirer le cœur des spectateurs autant qu’il fait déjouer chaque rouage de son scénario pour faire de ses...

Lire la critique

il y a 3 ans

156 j'aime

6

Eiffel
Specliseur
8
Eiffel

Un biopic alternatif remarquable

Ce qui marque d’entrée dans Eiffel est la qualité des scènes d’époque du côté de Bordeaux où de Paris. Martin Bourboulon effectue une mise en scène épatante où chaque détail compte. Les extérieurs de...

Lire la critique

il y a 7 mois

40 j'aime

Paddington
Specliseur
7
Paddington

Un petit ours débonnaire dans un film drôle et optimiste

Je comprends mieux pourquoi nos voisins britanniques ont une affection si particulière pour Paddington.Ce petit ours péruvien et déraciné qui débarque à Londres a déjà un regard naïf mais pas tant...

Lire la critique

il y a 7 ans

20 j'aime

3

Les Frères Sisters
Specliseur
5

Le western: pas un background pour Jacques Audiard

Quand j’ai lu,comme beaucoup de monde,que les Frères Sisters était une proposition de John C Reilly au réalisateur,j’ai commencé à avoir quelques doutes sur la nature de ce film pas véritablement...

Lire la critique

il y a 3 ans

19 j'aime