Le rendez-vous des névrosés !

Avis sur Pas de printemps pour Marnie

Avatar Chicago
Critique publiée par le

Plutôt boudé a sa sorti, ce "film de malades" exit Truffaut met en lumière nos travers et sombres desseins.
Qui est le plus atteint, Marnie ou Marck ?
Le cinéaste – qui s’identifiait peut-être à lui – avait surtout à cœur de mettre en valeur la névrose du personnage masculin. mais surtout le fantasme qu'il a sur elle et sur le moyen de la tenir en son pouvoir. Les nombreux gros plans sur le visage de Sean Connery soulignent habilement la curiosité feinte du héros, teintée d’un véritable désir pervers pour la jeune femme.
Superbement filmé avec des scènes qui resteront dans nos mémoires, suspense oblige, (Le coffre-fort, la chaussure, gros-plans, contre-plongé amenant sur un personnage que l'on attendait pas etc...) et si l on rajoute la partition de Bernard Hermann, ce film est réhabilité aujourd'hui et en fait un des plus expressionnistes qui soit .

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 7 fois
Aucun vote pour le moment

Chicago a ajouté ce film à 1 liste Pas de printemps pour Marnie

Autres actions de Chicago Pas de printemps pour Marnie