👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Bonne petite surprise que ce «Passengers» de Morten Tyldum, maladroitement vendu comme un énième film de S.F et d’action par une bande-annonce trompeuse. Evidemment «Passengers» est bel et bien un film de science-fiction de par son sujet. 5.000 colons et membres d’équipage s’embarquent à bord du vaisseau spatial Starship Avalon pour un voyage interstellaire de 120 ans, pour recommencer une nouvelle vie. Vivre sur la terre surpeuplée n’est plus possible, tous ces hommes et femmes ont fait le choix, par la même le sacrifice de ne plus jamais revoir les leurs en devenant les premiers colons de la planète Homestead 2. Lovés dans leurs cocons de verre, plongés dans un sommeil artificiel, ces aventuriers de l’espace auront la sensation d’avoir dormi qu’une nuit. Une nuit de 120 ans. Après une trentaine d’années sans encombre, l’Avalon traverse un champ d’astéroïdes. Plusieurs avaries sont détectées, le vaisseau active l’autoréparation mais l’un des modules d’hibernation artificiel vient de se désactiver. Jim Preston (Chris Pratt) se réveille 90 ans trop tôt ! Pensant qu’il ne reste que quelques mois de voyage, Jim va profiter de l’opportunité pour visiter l’immense vaisseau. Mais cette effervescence sera éphémère quand Jim découvrira qu’il ne peut plus retourner dans son module d’hibernation et que l’Avalon deviendra son tombeau. Son seul réconfort sera Arthur, un androïde barman. Véritable Robinson Crusoë de l’espace, Jim frisera la folie et jettera son dévolu sur Aurora Lane (Jennifer Lawrence), passagère endormie que Jim réveillera bientôt. Le vaisseau spatial, véritable personnage du film est d’un gigantisme incroyable à la hauteur de l’immensité qu’il traverse. Les effets spéciaux sont saisissants de beauté. Dans ce décorum à la fois magnifique et funeste, Mortem Tyldum insuffle à son long métrage un brin d’action quand nos héros devront sauver le vaisseau et par la même ses passagers (rien que ça !). Mais «Passengers» est avant tout, une touchante fable philosophique sur la peur de la solitude, la peur de la mort, le sacrifice mais surtout nous est posée la question cruciale : Comment peut-on vivre et aimer une seule personne, quand cette personne est la cause de notre propre perte ? Quand la science-fiction de Philip K. Dick («Le voyage gelé») et le romantisme d’ Henry de Vere Stacpoole («Le Lagon bleu») se confronte à l’aventure de Daniel Defoe («Robinson Crusoé»).

RAF43
7
Écrit par

il y a 5 ans

2 j'aime

Passengers
Behind_the_Mask
7
Passengers

Waking Sleeping Beauty

Ce qui m'a poussé à prendre ma place pour aller voir Passengers, hormis le doux visage de Jennifer Lawrence, c'est une phrase lâchée par Chris Pratt, dans les derniers instant de la bande annonce en...

Lire la critique

il y a 5 ans

85 j'aime

29

Passengers
Sergent_Pepper
5
Passengers

Crew romance

La CGI a ceci de magique qu’elle vous permet de faire tout, et même n’importe quoi. Il fut un temps où les thèmes étaient plus cloisonnés : si l’intrigue se déroulait dans un vaisseau spatial du...

Lire la critique

il y a 5 ans

67 j'aime

5

Passengers
remimazenod
7
Passengers

Prévisible/20

S'il ne s'agit pas du film le plus attendu de la fin d'année, il est légitime d'être curieux quant à la sortie de Passengers dans la mesure où il est réalisé par Morten Tydlum, l'homme derrière The...

Lire la critique

il y a 5 ans

66 j'aime

3

Golem : Le Tueur de Londres
RAF43
8

"La rumeur qui tue !"

Juan Carlos Medina, réalisateur américain d'origine ibérique, s'était fait connaître, en 2012 avec son troublant "Insensibles" et sa horde d'enfants indifférents à la douleur dans une Espagne...

Lire la critique

il y a 4 ans

15 j'aime

3

47 Meters Down
RAF43
1

"Dans l’océan, personne ne vous entendra crier, de toute façon on s’en fout !!"

Il était une fois deux Américaines, Lisa et Kate, frangines et siamoises, deux têtes pour un cerveau qui s'ennuyaient fermes durant leur séjour au Mexique (c'est bien connu, quand on a vingt piges,...

Lire la critique

il y a 4 ans

15 j'aime

3

Light of My Life
RAF43
8

"La Fille de l'Homme !"

Dans un futur indéterminé, la population féminine a été éradiquée en quasi-totalité par une épidémie (décidément, c’est la mode en ce moment). Un père (Casey Affleck) tâche de protéger Rag (la...

Lire la critique

il y a 2 ans

14 j'aime

4