Paterson: une réconciliation

Avis sur Paterson

Avatar Emilie Rosier
Critique publiée par le

Paterson est l'homme, la ville, le film de la réconciliation.
Réconciliation entre la pauvreté de la ligne de bus 23 et la richesse des dialogues de ses passagers. Entre la laideur du chien et la beauté des poètes. Entre l'amertume de la bière et la note sucrée des muffins de Laura.
La routine de Paterson, chauffeur de bus, commence avec les aiguilles de sa montre qui indiquent toujours entre 6:05 et 6:30 et se termine par une virée nocturne avec Marvin. Mais la routine de Paterson, poète de Paterson, New-Jersey, est féconde: elle est au carrefour de rencontres humaines. Avec lui, on médite sur nos envies surdimensionnées nichées, entre autre, dans l'infini du numérique. Parce qu'il nous rappelle une dimension: le temps. Qui prend le temps de contempler des chutes d'eau, dans ce monde de gens pressés? Qui prend encore le temps de noircir une feuille blanche?
Finalement, Paterson arrive à nous réconcilier avec le monde et avec nos exigences envers la vie et nous la fait l'accepter, -même- dans tout ce qu'elle a de simple et de répétitif.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 822 fois
9 apprécient · 1 n'apprécie pas

Autres actions de Emilie Rosier Paterson