Père protecteur et fils prodige

Avis sur Paterson

Avatar Louis_II
Critique publiée par le

Le cinéma est une machine à rêves, une fabrique d'histoires spectaculaires avec des protagonistes extraordinaires plongés dans des situations échappant au commun des mortels. Paterson est en l'antithèse. Jarmusch filme ici une semaine routinière de Paterson, un chauffeur de bus ordinaire, qui habite dans la petite ville immédiatement familière de Paterson. Un précieux contre-pied à l'industrie du cinéma spectacle dominante.
Pour autant le rêve n'est pas absent du film. Jarmusch réussit la prouesse de filmer la banalité sauvée de son ennui, où chaque situation, bien que coutumière, est prétexte à la création artistique. Paterson est un poète, écrivant des poèmes d'amour à partir d'une boîte d'allumettes, s'inspirant des conversations des passagers de son bus et fou amoureux de sa femme. S'il est un grand discret, écrivant de magnifiques vers qu'il garde secret sauf pour le spectateur, elle est exubérante et déborde de créativité qu'elle exprime un jour en peignant des rideaux, un autre en s'essayant à la guitare pour la première fois.
Le film dépeint une semaine de leur vie et s'articule autour de la même structure narrative : la journée de Paterson, toujours identique, avec les mêmes sempiternelles étapes, commençant par un réveil à 6h30 pour finir, le soir, au bar où notre héros du quotidien a ses habitudes. Certes rentrer dans le film s'avère peut-être un peu compliqué, mais on découvre, ou redécouvre, bien vite le talent immense de Jim Jarmusch qui confère à la routine une force narrative inattendue.
Finalement, le réalisateur et son personnage ne font qu'un. Alors que Jarmusch a souvent filmé le quotidien de marginaux à la dérive, qu'ils soient vampires, taulards, ou tueur à gage, poétisant leurs routines propres à chacun, Paterson fait de même avec la sienne. Il construit une œuvre fondée sur des banalités, magnifiées sous sa plume, mais que son entourage ne peut que traverser. Paterson est une créature divine, il ne transforme pas l'eau en vin, mais sublime son ordinaire et nous fait aimer le nôtre.
Bref ce film se révèle porteur d'un espoir particulier : il y a quelque part un Paterson qui vous garde, vous écoute et métamorphose secrètement votre quotidien morose en poésie. Un Paterson qui d'ailleurs est peut-être vous-même, caché.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 271 fois
1 apprécie · 1 n'apprécie pas

Louis_II a ajouté ce film à 1 liste Paterson

Autres actions de Louis_II Paterson