👉 On vous partage notre 1er bilan de la nouvelle version de SensCritique.
Continuez à suivre l'avancée du site sur journal de bord.

Perceval le Gallois est une oeuvre de cinéma à part, un film qui se rapproche mystérieusement de celui qu'auraient réalisé nos aïeux du moyen-âge s'ils avaient eu une caméra. Le texte de Chrétien de Troyes est appuyé par un décor du XIIème siècle, sans profondeur, sans perspective, sans proportion. Rohmer signe là l'un de ses films les plus troublants et inventifs.
Ma critique : http://tedsifflera3fois.com/2011/08/26/perceval-le-gallois-critique/
ted284
8
Écrit par

il y a 10 ans

5 j'aime

Perceval le Gallois
Antrustion
6

Le Conte du Graal par-delà les âges

Si ce film a bien un mérite, c'est de restituer toute l'étrangeté du roman mystérieux du génial Chrétien de Troyes, ce monument de la littérature française écrit il y a presque neuf cent ans...

Lire la critique

il y a 2 ans

11 j'aime

2

Perceval le Gallois
EricDebarnot
6

"Moult pucelles à baiser"

"Perceval le Gallois" était le seul film de Rohmer que j'avais toujours refusé de voir, un peu effrayé par le hiératisme de scènes entrevues çà et là : il s'agit pourtant d'une oeuvre marquante, à...

Lire la critique

il y a 4 ans

11 j'aime

2

Perceval le Gallois
Boubakar
3

Voyage initiatique.

Pour parler très rapidement du sujet, il s'agit de l'apprentissage d'un jeune homme qui parcourt les contrées afin de devenir chevalier. Lorsque le film est sorti, il ne faut pas oublier que Eric...

Lire la critique

il y a plus d’un an

9 j'aime

1

4 aventures de Reinette et Mirabelle
ted284
7

Critique de 4 aventures de Reinette et Mirabelle par ted284

Eric Rohmer propose en un seul film 4 « aventures », autant de court-métrages et de courts contes moraux qui étudient la puissance et l'impuissance des mots, la puissance et l'impuissance du silence...

Lire la critique

il y a 11 ans

4 j'aime

Little Big Man
ted284
5

Critique de Little Big Man par ted284

Après Le Lauréat et Macadam Cowboy, Little Big Man est le film qui achève de faire de Dustin Hoffman une icône du renouveau du cinéma américain des années 70. Ce western sans héros égratigne les...

Lire la critique

il y a 11 ans

3 j'aime

1

Omar m'a tuer
ted284
2

Critique de Omar m'a tuer par ted284

Omar est immigré, ne parle pas français, il est faible et devient le coupable idéal, même si aucune preuve cohérente ne l'accuse. Roschdy Zem raconte exactement ça, sagement, maladroitement, sans...

Lire la critique

il y a 11 ans

2 j'aime