La mythologie expliquée aux ados

Avis sur Percy Jackson : Le Voleur de foudre

Avatar ScreenReview
Critique publiée par le

En 2005, le premier tome de la saga "Percy Jackson" (qui en compte désormais cinq) est publié. Depuis si son succès est moindre en France, les aventures de cet ado qui découvre qu'il est un demi-dieu bat tous les records aux Etats-Unis. Après avoir testé l'histoire sur les élèves de sa classe, l'auteur Rick Riordan collectionne les prix. Le New York times l'a même classé en tête des meilleures ventes de livre (près de cinq millions d'exemplaires ont été vendus). Même si on est loin de l'hystérie mondiale déclenchée par "Harry Potter", la performance de cette fiction qui s'appuie sur la mythologie grecque n'a pas échappé aux producteurs.
Réalisé par le réalisateur Chris Columbus, déjà aux commandes des deux premiers opus de "Harry Potter", le cinéaste ne signe cependant pas une pâle copie de ses précédentes oeuvres. Si on peut chipoter sur quelques similitudes avec "Harry Potter" (une fille et deux garçons composent le trio héroïque, Percy comme Harry découvre sa véritable identité et tout un monde merveilleux qu'il ne soupçonnait pas...), "Percy Jackson" est cependant plus pop que son collègue magicien. Ado presque blasé, il ne s'étonne même pas d'être un demi-dieu. Alors qu'on l'accuse d'avoir volé l'éclair de Zeus, et que sa mère humaine est faite prisonnière par Hadès, il traverse les Etats-Unis afin de retrouver des boules magiques qui lui permettront de revenir en un seul morceau des enfers. D'un road trip au volant d'un break sur du ACDC à une envoûtante fiesta à Las Vegas sur fond de Lady Gaga. Rien à voir avec Potter, même Grover, le satyre chargé de protéger Percy a un humour bien plus gras que celui encore très naïf de Ron. Mais si Percy se révèle plus cool et moins torturé qu'Harry Potter, il apparaît du coup également moins profond. Véritable quête de soi, J.K. Rowling fait endurer à son héros les plus sombres adversités, tandis que Percy vainc toujours avec une déconcertante facilité les plus terribles créatures mythologiques. Méduse, et l'hydre de lerne, respectivement battues avec difficulté par Persée et Hercule, faiblissent au bout de cinq minutes devant Percy (demi-dieu depuis moins de deux semaines).
Mais peu importe que "Percy Jackson" ne soit pas autant travaillé qu'Harry. On ne s'ennuie pas une seule seconde devant ces deux heures d'action insensées, mais grisantes. De Steve Coogan, complètement improbable en Hadès habillé comme une rock star à Rosario Dawson dans la peau d'une Perséphone nymphomane, les acteurs participent au délire collectif avec des effets spéciaux tout à fait crédibles. Et si certains auraient préféré une version plus fidèle des mythes, sachez que "Le choc des titans" (certainement le blockbuster de l'année) sort le 7 avril 2010.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 410 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de ScreenReview Percy Jackson : Le Voleur de foudre