👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Une fille au masculin, un garçon au féminin

Je vais mettre les pieds dans le plat, car ce film m'a profondément irrité.
Je l'ai en effet trouvé malhonnête dans son refus de montrer autre chose que l'avis forcément biaisé de la famille de Sasha.
Il me semble qu'on a toujours que les déclarations des parents pour ''prouver'' la méchanceté et le rejet de l'institution scolaire ou de la 2ème prof de danse. Jamais ces ''méchants'' ne nous sont montrés, n'ont droit à la parole, ce qui nous permettrait éventuellement de juger de leur hostilité, réelle et abjecte, ou exagérée et fantasmée par une seule des parties.
De même, on nous montre une réunion avec des parents d'élèves et d'autres intervenants, sans qu' on sache ni qui ils sont, ni comment ils ont réagi lors de cette ''convocation''. Aucun intervenant extérieur à la famille restreinte (et à une seule psy) n'a droit à la parole dans ce film.

Si l'on y ajoute la profonde malhonnêteté de ne nous montrer que la famille, et essentiellement la mère, qu'on voit presque plus que Sasha, et qu'on entend infiniment plus ( ce qui peut se comprendre, vu l'âge de la gamine ) j'ai parfois plus eu l'impression désagréable d'assister à une psychanalyse de cette femme (le '' c'est vrai que je souhaitais avoir une fille'' m'a un peu interrogé voire effrayé.) que de comprendre ce qui pouvait être en jeu pour la gamine.

Et si la pédopsychiatre dédouane très vite la mère, (en substance : ''çà n'est pas votre faute'' lors d'une 1ère réunion) , j'aurais voulu savoir si l'attitude des parents (ceux là ou d'autres dans la même situation) ne peut pas influencer un enfant si jeune. Un autre son de cloche médical eût été bienvenu en la matière.
De même, je me suis demandé s'il était normal que la 1ère rencontre entre un médecin et sa petite patiente se déroule sous l'oeil indiscret d'une caméra, et si cette présence n'est pas par trop intrusive et ne bouleverse pas les données du problème.

Un dernier point enfin : la trop grande prégnance des émotions (notamment de la mère, qui pleure souvent et fait beaucoup pleurer sa fille) nuit à la force du film, qui cherche plus à nous émouvoir qu'à nous faire comprendre les enjeux et les mécanismes relationnels.
On m'objectera que c'est un problème humain, et qu'il est donc bon de l'aborder avec humanité et sensibilité.
Certes, encore ne faudrait-il ne pas confondre sensibilité et sensiblerie, et que l'émotion exacerbée ne remplace pas un nécessaire recul dont on peut comprendre l'absence pour les membres de la famille, mais qui pourrait être l'apanage des spectateurs (et peut-être un peu aussi, accessoirement, du réalisateur).
PS: petit point après 2 mois depuis la parution de cette petite critique 480 vues, 14 j'aime, 11 j'aime pas. C'est vraiment un sujet clivant, et j'ai peur de savoir pourquoi....

Melenkurion
3
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à ses listes L'enfance de l'art et 2020 : Films vus et revus

il y a plus d’un an

16 j'aime

8 commentaires

Petite fille
Grard_Rocher
9
Petite fille

Critique de Petite fille par Gérard_Rocher

Le besoin de s'identifier et de vivre comme une petite fille dès sa plus tendre enfance n'est pas banal mais ce fait est réel, le petit Sasha en apporte la preuve depuis ses trois ans. Nous allons le...

Lire la critique

il y a plus d’un an

31 j'aime

41

Petite fille
Alionis
4
Petite fille

Un malaise traverse le film

Évidemment, beaucoup d'émotions. Belles images, belles musiques. Cette frimousse d'enfant et ses yeux tremblants de larmes… Mais un malaise traverse le film. Beaucoup de « fantômes » et...

Lire la critique

il y a plus d’un an

31 j'aime

Petite fille
CamilleGanz
4
Petite fille

Un sujet méconnu : le deuil périnatal

… présent en sourdine tout au long du film, mais jamais affronté. Le réalisateur est venu pour : la dysphorie de genre chez l'enfant. Hélas, cette réalité, complexe et délicate, ne reçoit pas...

Lire la critique

il y a plus d’un an

29 j'aime

La Vérité
Melenkurion
5
La Vérité

Toute la Vérité, rien que la vérité.

A mon grand étonnement, lors de mes recherches sur ce site, il m'a été impossible de trouver une critique négative de ce film. Comme l'unanimisme moutonnier ne m'inspire rien de bon, j'ai décidé de...

Lire la critique

il y a 4 ans

14 j'aime

2

La Maison des étrangers
Melenkurion
7

Quand Mankiewicz fait ses gammes ...

Un Mankiewicz mineur sera toujours meilleur que beaucoup des films hollywoodiens de la même époque, même s'il en possède certains travers et qu'il emprunte certains de leurs stéréotypes. C'est bien...

Lire la critique

il y a 7 ans

11 j'aime

1

La Valse dans l'ombre
Melenkurion
4

Waterloo Bridge, morne plaine...

Incroyable de constater qu'aucun des admirateurs de ce film (et on dirait bien qu'il n'y a que çà sur ce site) n'ait souligné la morale nauséabonde qui le sous tend : l'héroïne a péché, elle devra...

Lire la critique

il y a 3 ans

9 j'aime

3