Muse(lée)

Avis sur Phantom Thread

Avatar mnhk
Critique publiée par le

Paul Thomas Anderson a toujours su entretenir ce petit quelque chose indescriptible propre aux grands réalisateurs qui, dans une modernité subtile, expriment ce mystère et cette ambiguïté inhérente aux œuvres les plus bouleversantes.

Il est d’ailleurs, au côté de James Gray, le porte étendard d’une modernité nouvelle qui sait dériver discrètement vers une forme d’abstraction narrative. Tous ses films (autant que ceux de Gray) semblent clairs et limpides dans leur exécution, mais, très vite, une zone d’ombre se révèle derrière la flamboyance d'une réalisation d'orfèvre qui irradie l’écran. La fresque Altmanienne Magnolia, l’assourdissant There Will Be Blood, le duel au centre de The Master ou encore le labyrinthe paranoïaque de Inherent Vice, possèdent tous une dimension très mystérieuse dissimulée derrière la densité, la richesse et le foisonnement des histoires qui y sont racontées. Les films de PTA font partie de ceux qui illustrent le plaisir de se perdre.

L’histoire de Phantom Thread paraît assez simple. Dans les années 50, un grand couturier très réputé de nom de Reynold Woodcock (Daniel Day-Lewis), secondé par sa fidèle sœur, Cyril (Lesley Manville), voit sa vie bouleversée à jamais après sa rencontre avec Alma (Vicky Krieps), une jeune femme dont il tombe petit à petit amoureux. Alors que leurs sentiments s’intenisife avec le temps, celle-ci ne se contente pas du rôle de simple muse et impose dans la maison Woodcock, quitte à secouer Reynold dans son obsession pour le travail. On s’en doute : passée la romance idyllique au début du film vient le temps d’une confrontation entre Alma et Reynold, que le caractère perfectionniste et maladif va envenimer.

À la romance mélodramatique se noue un duel psychologique où il sera question de savoir qui, du tyran ingrat et obsessionnel, mis en lumière par la haute société, ou de la têtue obstinée, dans l’ombre du« créateur » quasi-mythique, aura l’ascendant sur l’autre. Le point de vue du film glissant assez rapidement vers celui d’Alma dès sa rencontre par Reynold dans le restaurant d’un humble hôtel, peu de place au doute : Phantom Thread actera la chute d’un artiste racontée du point de vue de sa muse. Enfin il semblerait…

The Masters

En vérité, c’est tout le contraire dont il s’agit ici. Dans un style suranné fleurant bon les années 50 et les mélodrames en technicolor de Douglas Sirk et à travers une fresque amoureuse que l’on croirait venue tout droit d’un roman du XIXème siècle, Paul Thomas Anderson s’amuse à nous surprendre à chaque scène, au bout de chaque dialogue, là où la moindre seconde de silence remet tout en question. La subtilité, la précision et l’élégance de la réalisation ou de l’écriture joue ici un rôle fondamental : celui de déterminer la construction puis la chute de chaque séquence et de chaque micro-événement se déroulant dans l’univers calfeutré d’un couturier mutique. Littéralement obsédé, voire sociopathe, shooté par son travail et les œuvres qu’il confectionne de ses mains (ou avec l’aide de sa petite armée de couturières fidèles, reléguées dans l’ombre mais exécutant la majeure partie du travail), Reynold est un personnage d’une parfaite ambiguïté pour naviguer en eau troubles pendant plus de deux heures.

Tyrannique sans être injuste, égoïste sans être dénué d’empathie, la figure de pouvoir qu’il représente pour son entourage fait écho à celui du gourou de la scientologie dans The Master, le chef d’oeuvre de PTA sorti en 2012. Et cela n’échappera à personne : il y a, dans Phantom Thread, une ressemblance évidente entre le duel psychologique que se livrent les deux amants et celui livrés par Freddie Quell (Joaquin Phoenix) et Lancaster Dodd (Philipp Seymour Hoffman) dans The Master. Les deux films sont en cela jumeaux. Tous deux abordent la fascination et l’initiation à un nouveau monde (spirituel ou matériel), certes. Mais, tous deux étudient surtout la recherche d’une parentalité disparue ou oubliée (du père dans The Master, de la mère dans Phantom Thread). Car tandis que Reynold a l’âge d’être le père d’Alma, la maladie de ce dernier est surtout d’exiger inconsciemment des femmes qui l’entourent qu’elles remplacent sa mère disparue, en premier sa sœur, Cyril, indéboulonnable.

Syndrome de Münchhausen

Alma, de son côté, parfaite incarnation de la muse juvénile au visage de poupon, va se révéler, petit à petit, comme celle qui apportera un bouleversement inédit dans la vie de Reynold : le renversement du rapport de force dont celui-ci jouit sans scrupules depuis bien trop longtemps. Créateur à temps plein, Reynold se prend pour Dieu, se croit invincible, se prétendant « fort ». Si Alma semble déceler très vite une carapace renfermant en vérité un grand enfant abandonné, Reynold, lui, ne se rendra compte de sa vulnérabilité qu’au moment où il sera tout proche du gouffre, près de tomber à jamais. Gémissant de douleur dans son lit, parlant au fantôme de sa mère défunte dans la scène la plus intense du film, cette épiphanie est le point d’orgue de Phantom Thread et, accessoirement, d’une beauté à couper le souffle. Par la suite, une étrange relation entre Reynold et Alma se met en place : celui d’un syndrome de Münchhausen par procuration franchement tordu qui permet, avec brio, de magnifier un mélodrame au départ assez convenu.

Dense, riche et opaque, comme on en a l’habitude chez PTA, Phantom Thread bénéficie par ailleurs d’un cachet old-school et d’une élégance rare qui lui sied à merveille et qui, au passage, permet de mettre en lumière le départ de Daniel Day-Lewis. Officiant comme un miroir à son charisme naturel, la réalisation classieuse de PTA se voit illuminée par des couleurs et une lumière intemporelle que la musique au piano, surgissant comme un écho amoureux tout au long du film, vient dilater, diluer dans le récit abondant narré par une voix-off intermittente.

On assiste ici à la « Grand Forme » hollywoodienne la plus aboutie chez PTA mais, de surcroît, à celle la moins surprenante. Car si le film est magnifique à chaque instant, on ne peut pas s’empêcher d’essayer d’y trouver l'hébétement qui faisait de ses deux derniers films, Inherent Vice et The Master, des films à la puissance entêtante (et dont la mécanique parfaite en apparence était en permanence secouée par quelques brins de folies ici et là). Dans Phantom Thread, celle-ci ne vient que timidement lors des silences qui frappent les personnages de plein fouet au cour des repas, des séparations ou des réconciliations d’Alma et de Reynold. Quoiqu'il en soit, cela suffit pour insuffler au spectateur une fascination envers un film qui, lentement et discrètement, marquera le coeur et les esprits de ceux qui le verront, jusqu'à devenir obsédant.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 1902 fois
19 apprécient · 4 n'apprécient pas

mnhk a ajouté ce film à 3 listes Phantom Thread

Autres actions de mnhk Phantom Thread